Essences de bois de rose commercialisées illégalement avec les taux de saisie les plus élevés

Les arbres de bois de rose font l’objet d’un commerce illégal dans le monde entier, menaçant la survie de certaines espèces de bois de rose. Les espèces les plus menacées du bois de rose sont: le bois de rose malgache, Pterocarpus Santalinus, Dalbergia cochinchinensis, ainsi que Pterocarpus et Dalbergia granadillo. Le bois de rose malgache est plus abondant à Madagascar où il est soumis à une exploitation forestière illégale. D'autres essences de bois de rose proviennent de pays asiatiques tels que l'Inde, le Vietnam, la Thaïlande, le Cambodge et le Laos. Certaines espèces sont également présentes en Amérique du Sud et en Amérique centrale. L'arbre est très convoité pour sa couleur riche et son bois dur. La Chine est une destination de choix pour les essences de bois de rose dans la fabrication de meubles. Les arbres sont également utilisés pour fabriquer des instruments de musique dans certaines régions d’Europe et des États-Unis. La demande pour ces espèces est alimentée par une population croissante de la classe moyenne, en particulier en Chine.

Essences de bois de rose commercialisées illégalement avec les taux de saisie les plus élevés

CITES

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) est un traité international conclu entre les nations représentatives en 1973. Son rôle fondamental est de veiller à ce que le commerce mondial des espèces ne les menace pas. L'adhésion à la CITES est par nature volontaire. La CITES fournit un cadre pour réglementer le commerce des espèces animales et végétales mais ne se substitue pas à la législation d'un pays. La CITES applique des contrôles à l'exportation et à l'importation aux espèces jugées en danger et collabore avec les gouvernements pour les faire respecter. La CITES travaille également avec les acteurs de l'industrie des transports mondiaux, tels que les agents des douanes ou les compagnies aériennes, pour intercepter le commerce illégal d'espèces de plantes et d'animaux.

Commerce du palissandre

Entre 2005 et 2015, les principales essences de bois de rose commercialisées illégalement étaient le palissandre malgache (5 892), Pterocarpus santalinus (2 404), Dalbergia cochinchinensis (798), Autres Pterocarpus (458) et Dalbergia granadillo (298). L’exploitation illégale du bois de rose est particulièrement répandue en Asie et en Afrique. Le bois de rose malgache, endémique à Madagascar, est exporté illégalement. Les cartels du commerce illicite font appel aux services d’exploiteurs forestiers, après quoi les grumes sont acheminées par des itinéraires spécifiques. La corruption est considérée comme le principal facteur facilitant l’exportation. La pauvreté pousse beaucoup de gens au commerce. L'abattage illégal de Dalbergia cochinchinensis au Laos et au Cambodge est également rendu possible par la corruption. La déforestation généralisée de l'espèce a vu son nombre diminuer fortement. Pterocarpus santalinus a été soumis à une exploitation excessive des forêts dans le sud de l’Inde, ce qui menace sa survie.

Les essences de bois de rose sont très convoitées pour leur bois dur et leur couleur brun rougeâtre, idéales pour la fabrication de meubles et d’instruments de musique de haute qualité. Ces espèces ont été inscrites sur les listes de la CITES en tant qu'espèces en danger. L'abattage illégal a des effets néfastes sur les zones d'origine. Des effets tels que la déforestation, l’empiétement humain et la réduction de la biodiversité ont provoqué un tollé mondial chez les défenseurs de la conservation de la faune et de l’environnement.

Surveillance du commerce du bois de rose

Les pays qui abritent certaines de ces espèces ont noué des partenariats avec la CITES pour surveiller le commerce. La CITES a par la suite inscrit sur la liste des espèces de bois de rose en voie de disparition. L'importation ou l'exportation de ces espèces nécessite une licence CITES qui peut être refusée dans le cas d'une espèce en voie de disparition. Toutefois, le commerce illégal continue de prospérer et les pays ont eu recours à des interdictions et à une législation. Les parties découvertes dans le commerce illégal de ces essences de bois de rose sont passibles de sanctions. Les autorités locales assurent la liaison avec les agents des douanes pour intercepter les opérations commerciales illicites de bois de rose.

Essences de bois de rose commercialisées illégalement avec les taux de saisie les plus élevés

RangEspèces de bois de rosePart des saisies mondiales de bois de rose par espèce (tonnes), agrégée 2005-2015
1Bois de rose malgache5 892
2Pterocarpus santalinus2 404
3Dalbergia cochinchinensis798
4Autres ptérocarpes458
5Dalbergia Granadillo298

Recommandé

Reptiles autochtones d'Iran
2019
Les douze trésors de l'Espagne
2019
Rikers Island: la plus grande colonie pénale du monde
2019