Indépendance au sein de l'Empire britannique: commémoration du statut de Westminster

Le 11 décembre marque l'anniversaire du Statut de Westminster, une loi du Royaume-Uni qui a eu des effets majeurs et durables sur le statut de ses États impériaux. En effet, lorsqu'on parle de l'indépendance de pays actuels tels que le Canada ou l'Australie, on constate que les années 1867 et 1901 les plus communément citées sont techniquement moins précises que 1931 en raison du Statut. Bien que les années précédentes aient solidifié la création de ces pays en tant que dominions au sein de l’Empire britannique, on peut affirmer que c’est le Statut de Westminster qui leur a permis de jouir de l’indépendance par rapport aux activités législatives du parlement britannique, les transformant ainsi exclusivement en dominateurs indépendants. un Commonwealth britannique. En commémoration de l’importance de cet événement, nous avons rassemblé des faits intéressants et des extraits de notre histoire concernant certains des principaux pays touchés par le Statut de Westminster.

5. Désaccords au Canada

La statue de Westminster revêtait une importance particulière pour ce qui était alors le dominion du Canada de l’Empire britannique, dans la mesure où elle faisait partie de débats plus anciens sur le rôle et les obligations du Canada vis-à-vis de l’empire. Le rôle de l'armée canadienne était d'une importance particulière. Lorsque la Grande-Bretagne entra dans la Première Guerre mondiale, ses sujets impériaux firent de même, indépendamment de leur opinion sur le sujet, et se combinèrent à une crise politique sur la question de la conscription de guerre. Le Canada se trouva au cœur d'un conflit interne entre ses citoyens, en particulier entre Anglais et Canadiens français. Le Statut de Westminster faisait ici partie d’un ensemble plus vaste de réformes liées aux relations entre la Grande-Bretagne et le Canada, connues sous le nom d’Actes de l’Amérique du Nord britannique. En effet, bien que le statut ait accordé au Canada l’autonomie législative, les désaccords entre fédération, province et empire n’ont pris fin qu’avec la Loi de 1982 sur le Canada. Tout cela rend la question du marquage de l’indépendance canadienne techniquement difficile, mais le Statut de Westminster reste de importance claire.

4. L'État libre irlandais

L’Irlande n’existait pas encore, mais elle a été qualifiée d’État libre d’Irlande après les événements de l’ascension de Pâques, de la Première Guerre mondiale et de l’éventuel traité anglo-irlandais de 1921. Cet «État libre» était libre de nom, la réalité était bien différente de ce qui s'était passé dans les treize colonies américaines. Au lieu de cela, l’État libre d’Irlande était perçu comme un dominion autonome au sein du Commonwealth britannique, plus proche de l’Australie ou du Canada que des États-Unis, et il convient également de noter que la création de cet État a été la première utilisation du terme " Commonwealth britannique "comme un départ de l'Empire britannique. Tout cela joue sur l’importance de la Statue de Westminster, acte législatif que l’État libre d’Irlande n’a jamais techniquement adopté mais qu’il a néanmoins utilisé dans le cadre d’une série de mesures visant à supprimer efficacement tous les éléments du contrôle britannique. Cela impliquait non seulement la suppression du statut de dominion, mais aussi un ministre irlandais séparé des Britanniques et l'abolition du serment d'allégeance à la couronne britannique. En effet, l’État de Westminster a joué un rôle majeur en ouvrant la voie à l’adoption d’une nouvelle constitution en 1937 et au changement officiel du nom de l’État, devenu simplement Irlande.

3. La tentative de scission en Australie

La statue de Westminster a eu un effet intéressant sur l’histoire de la transformation du dominion britannique de l’Australie en Commonwealth de l’Australie. Le Statut n’a été adopté par le Parlement australien qu’en 1942, et même à ce moment-là, les Britanniques conservaient le pouvoir de légiférer sur le territoire jusqu’en 1986. Toutefois, dans la pratique, l’indépendance accordée par les Britanniques en 1931 s’appliquait sans exception. Cette politique de non-intervention fut rapidement mise à l'épreuve lorsqu'en 1933, l'Australie était presque divisée en deux. La moitié occidentale du pays souhaitait se séparer du nouveau Commonwealth australien et prendre sa place au sein de l'Empire britannique. Elle a organisé un référendum sur son territoire, qui a abouti à un taux de séparation de 68%. Les Australiens de l’Ouest ont envoyé une délégation au Royaume-Uni et ont demandé aux Britanniques de reconnaître leur référendum comme une loi, mais les Britanniques ont refusé, invoquant le Statut de Westminster et affirmant que les affaires du Commonwealth australien devaient être réglées en interne. Le parlement australien ne souhaitant rien avoir à faire avec la séparation, le Statut a donc permis de maintenir le pays uni.

2. Franchise qualifiée de l'Afrique du Sud et du Cap

Alors appelée Union de l'Afrique du Sud, un État unifié parmi les possessions impériales britanniques dans le sud de l'Afrique n'avait vu le jour que quelques décennies avant l'entrée en vigueur du Statut de Westminster. État unitaire plutôt qu'une fédération (qui caractérisait la plupart des autres dominations similaires), l'Union sud-africaine était autonome et composée de plusieurs colonies, de trois langues principales (l'anglais, l'afrikaans et le néerlandais) et du territoire administratif nouvellement acquis: Sud-Ouest allemand après la première guerre mondiale. La question du droit de vote revêtait une importance capitale pour ce nouvel État, en particulier dans le contexte ou les relations entre les populations coloniales africaines noires et blanches. L'une des colonies de l'Afrique australe, la colonie du Cap, a insisté pour que sa nouvelle province du Cap, au sein de l'Union sud-africaine, maintienne le même système de droits de vote que celui dont elle bénéficiait avant la création du dominion. Ce système, connu sous le nom de franchise qualifiée du Cap, préservait les qualifications de vote de la question de la race et permettait ainsi notamment à toutes les courses de voter à égalité. La province du Cap a pu conserver son égalité au sein de l’Etat jusqu’en 1931, année de l’application du Statut de Westminster. Les nouveaux pouvoirs conférés au Parlement sud-africain après l’adoption du Statut lui ont permis de passer outre à la province du Cap, ce qu’il a fait en étendant le droit de vote à sa population blanche tout en excluant ses citoyens noirs et colorés. En réalité, il reste que le Statut de Westminster a finalement joué un rôle dans la création d’un État d’apartheid ségrégué en Afrique du Sud.

1. Les différents chemins de la Nouvelle-Zélande et de Terre-Neuve

Les cas du Dominion de la Nouvelle-Zélande et de Terre-Neuve sont un exemple comparatif intéressant, car il s’agissait de deux plus petits dominions de l’Empire britannique, qui ont finalement emprunté des chemins différents dans leur histoire après le Statut de Westminster. Les deux colonies refusèrent poliment d'entrer dans les fédérations de leurs plus grands voisins, l'Australie et le Canada respectivement, et, à l'instar de l'Union sud-africaine, toutes deux n'étaient devenues des dominions que juste avant la Première Guerre mondiale. Cependant, la Nouvelle-Zélande et Terre-Neuve étaient bien moins motivées à devenir indépendantes que d'autres parties du Commonwealth britannique, et certains estimaient même qu'un régime britannique direct était plus bénéfique qu'un trop grand pouvoir législatif local. Terre-Neuve était plongée dans une série de scandales financiers et de corruption. En fait, elle n’a jamais eu la possibilité d’adopter le Statut de Westminster. Le parlement du Dominion lui-même a plaidé auprès des Britanniques pour qu'ils reprennent le contrôle direct du territoire, ce qu'ils ont fait en 1934. Cependant, la Nouvelle-Zélande était davantage préoccupée par sa taille et sa capacité à gérer les affaires militaires et étrangères et a ainsi retardé l'adoption du Statut. pendant seize ans. En effet, la Nouvelle-Zélande a été le dernier royaume à adopter le Statut de Westminster et, même à ce moment-là, les Britanniques ont maintenu le contrôle de la législation sur sa constitution. Cependant, les différences dans les affaires intérieures et les relations avec les Britanniques, définies en partie par le Statut de Westminster, ont conduit à deux histoires très différentes. Parallèlement à l’adoption éventuelle du Statut par la Nouvelle-Zélande en 1947, une série de référendums sur l’avenir même de Terre-Neuve eut lieu en 1946 et 1948. Il en résulta que Terre-Neuve fut incorporée au Canada au début de 1949. La Nouvelle-Zélande poursuivit toutefois son indépendance. de son voisin australien, supprimant finalement l'autorité britannique sur sa constitution en 1986.

Recommandé

Mammifères menacés de l'Uruguay
2019
Tsunamis: quand la tectonique et l'eau se combinent
2019
Qu'est-ce que l'obstruction en politique?
2019