La crise mondiale des déplacements: un problème gigantesque auquel le monde est confronté

Qu'est-ce que la crise des déplacements mondiaux?

La crise mondiale des déplacements de population concerne le grand nombre de personnes du monde entier qui sont forcées de quitter leur domicile à cause de la violence, des conflits internes, des persécutions, du changement climatique, des catastrophes naturelles et des violations des droits de l'homme. Cette question sociale est aussi parfois appelée déplacement forcé. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a indiqué qu'à la fin de 2016, au moins 65, 6 millions de personnes avaient été déplacées de leurs pays d'origine. Ce nombre est le plus élevé que le monde ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale. Parmi ces personnes, 40, 3 millions sont des personnes déplacées à l'intérieur du pays, 22, 5 millions sont des réfugiés et 2, 8 millions sont des demandeurs d'asile.

Ces dernières années, le nombre de personnes forcées de quitter leur domicile a augmenté à un rythme considérable. Seul le nombre de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays a doublé depuis l'an 2000. Le Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés a déclaré que la crise continuait de s'aggraver d'année en année, certains pays étant désormais confrontés au déplacement les désastres causés par l'homme. Ces personnes sont obligées de compter sur l'aide humanitaire et vivent souvent dans les abris temporaires des camps de réfugiés. Lorsque l'aide humanitaire est rare ou rare, les personnes déplacées peuvent vivre sur des terres inutilisées en dehors des villes ou dans les rues. Cet article examine de plus près qui sont ces personnes, d’où elles viennent et quelles sont les solutions possibles au problème.

Quels pays connaissent des déplacements?

La crise des déplacements de population ne se limite pas à une seule région du globe. Des pays d'Europe, d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient ont tous été touchés. Dans certains cas, les reporters des médias de masse couvrent de manière exhaustive les reportages et la situation est bien documentée, comme les crises en Syrie, en Afghanistan et au Sud-Soudan. D'autres pays bénéficient toutefois d'une couverture médiatique moindre. Parmi ces pays figurent la Colombie, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Soudan, le Nigéria, le Yémen, l'Iraq, l'Ukraine, le Myanmar et la Somalie.

Parmi ces pays, la Syrie a connu le plus grand nombre de déplacements. En fait, c'est le seul pays au monde où la majorité de la population a été touchée par le déplacement forcé. Aujourd'hui, sur 1 000 personnes déplacées dans le monde, 650 sont syriennes. À la fin de 2016, 12 millions de Syriens avaient été forcés de quitter leur foyer en raison du conflit en cours. Parmi ces personnes, 6, 3 millions étaient considérées comme des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays, 5, 5 millions étaient des réfugiés et seulement 185 000 des demandeurs d'asile.

Le deuxième groupe en importance de personnes déplacées vient de Colombie. À la fin de 2016, 7, 7 millions de citoyens de ce pays avaient été déplacés à l'intérieur du pays. En termes de pourcentage de la population, le Soudan du Sud était le deuxième pays le plus touché. Ici, 259 personnes sur 1 000 ont été remplacées de force en raison d'une guerre de plus en plus violente. En seulement un an, le nombre de personnes déplacées dans ce pays a augmenté de 85% et de 64% au deuxième semestre de 2016. Cette augmentation représente le taux de déplacement qui connaît la croissance la plus rapide au monde.

Le Myanmar a peut-être connu la plus longue incidence de déplacements. Un conflit interne a éclaté entre les minorités ethniques et les autorités gouvernementales et militaires depuis son indépendance en 1948. Au total, ce pays a subi le déplacement de 1, 095 million de personnes, dont 90 000 ont cherché refuge en dehors leurs maisons en 2016 seulement.

Parmi les personnes déplacées à l'intérieur du pays en raison de catastrophes naturelles, le Népal arrive en tête de liste avec 2, 6 millions d'individus incapables de rentrer chez eux après le séisme d'avril 2015. Les autres catastrophes naturelles qui ont provoqué le déplacement de personnes incluent: glissements de terrain, éruptions volcaniques, températures élevées, tempêtes, incendies de forêt et inondations. Parmi les autres pays où les catastrophes naturelles causent le plus grand nombre de personnes déplacées, on peut citer: l’Inde, le Myanmar, la Chine, le Chili et les Philippines.

Où vont les personnes déplacées?

Avec un si grand nombre de personnes fuyant chaque jour leur domicile et leur pays, il peut être difficile de trouver un endroit sûr qui réponde à leurs besoins quotidiens. Dans de nombreux cas, les personnes déplacées se tournent vers des camps de réfugiés dans d’autres pays et dépendent de l’aide humanitaire pour se nourrir et se loger. Certains pays du monde accueillent un plus grand nombre de personnes déplacées que d’autres pays. Cette différence d’accueil peut être simplement due à la proximité entre le pays d’origine et le pays d’origine ou peut impliquer des politiques internes du pays d’accueil, qui limitent le nombre de réfugiés qu’un pays peut accueillir.

La Turquie occupe depuis 3 ans la première place en termes de nombre de personnes déplacées hébergées. En 2016, ce pays avait fourni l'asile à 2, 9 millions de réfugiés. Ce nombre est suivi par le Pakistan (1, 4 million), le Liban (1 million), l'Iran (979 400), l'Ouganda (940 800) et l'Éthiopie (791 600). Bien que le Liban occupe la 3ème place, le nombre de réfugiés ici représente un pourcentage plus important de la population, où 1 personne sur 6 a été déplacée. Ces pays comptent parmi les pays d'accueil les moins développés du monde. Malgré leurs conditions économiques et leurs propres luttes internes, ces pays hôtes ont accueilli environ 28% de tous les réfugiés dans le monde.

Démographie des personnes déplacées

Il peut être difficile d’imaginer à quoi ressemblent exactement 65, 6 millions d’individus. Pour référence, si ces personnes étaient la population d'un seul pays, ce pays serait le 24ème plus peuplé du monde. En d'autres termes, environ 20 personnes sont déplacées par minute.

Un peu plus de la moitié (51%) des personnes déplacées sont des enfants de moins de 18 ans. Ce pourcentage est disproportionné par rapport au pourcentage d'enfants dans la population mondiale, qui n'est que de 31%. La moitié de ces enfants sont en âge d'aller à l'école primaire. Selon ces dossiers, environ 75 000 de ces enfants déplacés sont séparés de leurs parents et des membres de leur famille ou ne sont pas accompagnés d'un adulte. Ces demandes d'asile ont été déposées dans au moins 70 pays à travers le monde et l'Allemagne a reçu près de la moitié de ces demandes d'asile (35 900). La plupart des enfants demandeurs d'asile non accompagnés viennent d'Afghanistan et de Syrie.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime qu'environ 10 millions de personnes sont apatrides ou risquent de le devenir à partir de 2016 également. Bien que toutes ces nouvelles semblent décourageantes, quelques bons chiffres ont également été rapportés. Au moins 552 500 réfugiés ont pu rentrer dans leur pays d'origine en 2016, ce qui représente une augmentation significative par rapport aux années précédentes. La plupart de ces réfugiés sont rentrés en Afghanistan. Malheureusement, les conditions dans ces pays d'origine n'étaient pas encore rétablies au moment de l'arrivée des réfugiés.

Solutions au problème

Face à cette crise croissante et incontrôlée, les travailleurs humanitaires du monde entier luttent pour trouver des solutions durables au problème des déplacements de population. Certaines organisations à but non lucratif travaillent en étroite collaboration avec les gouvernements du monde entier afin de garantir le financement des camps de réfugiés et des fournitures humanitaires. Refugees International, par exemple, a déclaré avoir obtenu une aide financière supplémentaire des États-Unis pour plusieurs pays, notamment: 439 millions de dollars supplémentaires pour la Syrie, 155 millions de dollars pour l'Irak et 41 millions de dollars pour le Nigéria. Ces fonds ont servi à acheter des vivres pour les personnes déplacées.

En outre, le HCR s'efforce de fournir des conditions de logement sûres et une protection internationale aux personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, aux réfugiés et aux demandeurs d'asile du monde entier. Leur objectif est de veiller à ce que ces personnes répondent à tous leurs besoins humains et puissent mener leur vie avec dignité. Cette organisation a identifié 3 objectifs principaux comme solutions au problème du déplacement global: la réinstallation, l'intégration locale et le rapatriement librement consenti.

Les efforts de réinstallation concernent les réfugiés ou demandeurs d'asile qui ont été placés dans un pays d'accueil où ils étaient incapables de subvenir à leurs besoins, ou dont les moyens de subsistance ou la sécurité étaient toujours menacés. Dans cette situation, les travailleurs du HCR identifient un troisième pays d'accueil et aident à transférer le demandeur d'asile après avoir obtenu l'approbation du gouvernement. Dans ce nouveau pays, la personne bénéficie du statut de résident permanent et reçoit une protection juridique complète. En 2016, une augmentation de 15 000 places de réinstallation a été réalisée pour les réfugiés syriens en particulier. Au total, 189 300 réfugiés de plusieurs pays ont été inscrits à des programmes de réinstallation en 2016; ce nombre représente une augmentation de 77% par rapport à 2015.

Les programmes d'intégration locale consistent à aider les réfugiés à obtenir un logement permanent et à devenir un membre actif de leur nouvelle communauté. L'intégration locale exige un effort de la part du réfugié et du pays d'accueil. Afin de mesurer le succès de ce programme, le HCR prend en compte le nombre de processus de naturalisation réalisés par des réfugiés dans leur nouveau pays.

Le rapatriement librement consenti est considéré comme l’objectif ultime, car il s’agit de la solution la plus durable. Ce programme nécessite les efforts de trois parties: le réfugié, le pays d'accueil et le pays d'origine. Tant le pays d'accueil que le pays d'origine doivent travailler ensemble pour garantir aux réfugiés une transition sans heurts du pays donneur d'asile vers leur pays d'origine. Une fois dans leur pays d’origine, le gouvernement doit s’employer à faire en sorte que la personne puisse réussir sa réintégration dans sa communauté d'origine. En 2016, le nombre de cas de rapatriement librement consenti a considérablement augmenté, ce qui représente plus du double du nombre de cas en 2015.

L’état de la crise mondiale des déplacements de population, cependant, indique que ces solutions ne sont plus suffisantes puisqu’un nombre croissant d’individus vivent toujours dans des conditions de vie dangereuses et insoutenables.

Recommandé

Le bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN
2019
10 beaux endroits en Inde
2019
Les archipels majeurs de l'Ecosse
2019