Le bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN

L'attentat à la bombe de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) était une action militaire contre la République fédérale de Yougoslavie (RFY) pendant la guerre du Kosovo. L'opération comprenait des frappes aériennes et des bombardements qui ont commencé le 24 mars 1999 et se sont terminés le 10 juin 1999. Le code de l'opération de l'OTAN était officiellement connu sous le nom d'opération Allied Forces. Les bombardements n’ont cessé que lorsque les deux parties, Belgrade et les Albanais du Kosovo, sont parvenues à un accord prévoyant le retrait des forces armées yougoslaves du Kosovo, ce qui a conduit à la création de la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), qui a commencé la mission. maintien de la paix au Kosovo.

Contexte historique

Le Kosovo a connu l'oppression organisée par l'État après le rejet de sa quête d'autonomie gouvernementale. La télévision, les journaux et la radio en langue albanaise ont été restreints et fermés dans les années 1990. Cette situation faisait suite au licenciement d’Albanais du Kosovo qui travaillaient dans les institutions et les entreprises publiques. L'université de Pristina a été dissoute en 1991 et plus tard en septembre de la même année, au début de la nouvelle année scolaire, les enseignants kosovars albanais n'ont pas accès aux locaux de l'école, ce qui a obligé les étudiants à étudier à domicile. En 1996, l'Armée de libération du Kosovo a été formée pour diriger la résistance contre Belgrade. Des affrontements ont éclaté en 1998. Ils ont abouti à la signature d'un traité de l'OTAN qui devait mettre fin aux affrontements plus tard dans l'année. Cet accord a été rompu et les combats ont repris deux mois plus tard. L’OTAN a décidé de constituer une force militaire de maintien de la paix qui pourrait mettre fin aux combats en janvier 1999 après l’assassinat de 45 Albanais du Kosovo. En mars de la même année, les négociations sur la mise en place de forces de maintien de la paix extérieures ont été rompues lorsque la Yougoslavie a rejeté cette idée. Cela a forcé l'OTAN à installer des opérations de maintien de la paix forcées contre leur volonté.

Objectifs de l'opération

À la suite de la réunion tenue au siège de l’OTAN le 12 avril 1999, l’organisation a défini des objectifs pour la résolution du conflit au Kosovo. Leur principal objectif était de mettre fin à l'action militaire des deux parties et de mettre fin aux combats. L’OTAN avait également pour objectif de retirer toutes les forces de police et les forces militaires du Kosovo (station de maintien de la paix de l’ONU au Kosovo), de prévoir le retour en toute sécurité des réfugiés et des personnes déplacées, ainsi que de mettre en place un cadre politique conforme à la loi internationale.

Que s'est-il passé pendant l'opération?

Le 23 mars 1999, le gouvernement yougoslave a annoncé l'état d'urgence à la télévision nationale et affirmé que les forces de l'OTAN avaient menacé de les attaquer. Le gouvernement a établi des troupes et investi beaucoup de ressources pour s'engager dans la guerre. Javier Solana, secrétaire général de l'OTAN, a ordonné au commandant suprême des forces alliées de commencer une opération aérienne en RFY. Le bombardement a commencé le lendemain. L'OTAN a utilisé 1 000 appareils dans sa campagne de bombardement. Le premier groupe à bombarder Belgrade était l'armée de l'air espagnole. L’armée de l’OTAN a continué d’attaquer l’armée yougoslave au sol et dans les airs. En avril de la même année, des Albanais de souche qui avaient été utilisés comme boucliers par les forces yougoslaves ont été bombardés. En mai, l’ambassade de Chine à Belgrade a été bombardée par erreur par l’OTAN alors qu’elle visait l’armée yougoslave. L'OTAN et les États-Unis ont ensuite présenté des excuses à la République de Chine. Le bombardement a été suspendu le 10 juin 1999, lorsque le gouvernement yougoslave a décidé de retirer ses forces du Kosovo. La guerre a pris fin le 11 juin.

Résultat de l'opération

Human Rights Watch a signalé que plusieurs centaines de civils avaient été tués. Les forces militaires de l'OTAN ont subi moins de dégâts, le seul étant le crash d'un avion lors d'une mission nocturne en Albanie.

Le gouvernement yougoslave a affirmé que cet attentat avait entraîné une perte économique de 100 milliards de dollars. L'opération a également entraîné le retrait des forces yougoslaves du Kosovo, ce qui a permis de rétablir la paix sous le contrôle politique du Kosovo.

des reproches

Amnesty International a signalé que les forces de l'OTAN avaient délibérément pris pour cible des civils, mais que l'OTAN avait rejeté ce rapport. D'autres ont également accusé l'OTAN d'exagérer les pertes pour justifier leur attentat à la bombe. Moscou a critiqué le fait que cette campagne contrevenait au droit international.

Recommandé

Le festival des lanternes de Taiwan - Táiwān Dēnghuì
2019
Croyances religieuses en Slovaquie
2019
Relief fluvial: qu'est-ce qu'un bassin endoréique?
2019