Les plantes peuvent-elles ressentir de la douleur?

Les nerfs sensoriels permettent aux animaux de percevoir la douleur. Ce sont les mêmes nerfs qui transmettent des informations à partir des cellules sensorielles permettant aux animaux de goûter, de toucher, de voir, de sentir et d’entendre. Le réseau de cellules sensorielles et la neurotransmission forment le système nerveux qui transmet les informations au cerveau et les informations aux muscles. Les biologistes s'accordent pour dire qu'un système neuronal complexe est l'un des moyens de traitement de l'information, mais ce n'est pas le seul. Les plantes n'ont pas de système nerveux complexe comme celles trouvées chez les animaux, mais cela ne signifie pas qu'elles ne réagissent pas aux stimuli externes. Les plantes carnivores réagissent au contact des insectes et des arthropodes, d'autres plantes réagissent en érigeant des épines lorsqu'elles détectent un danger. Les usines réparent également les pièces endommagées, ce qui signifie qu’elles savent que certains de leurs corps ont été endommagés.

Capteurs de douleur chez les plantes

La réponse aux stimuli externes se traduit nécessairement par un système sensoriel développé. De plus, les plantes n'ont pas de cerveau pour interpréter les stimuli. Cependant, des recherches ont révélé que les plantes réagissent aux stimuli de différentes manières. Le parfum de l'herbe fraîchement coupée est agréable pour l'homme, mais il s'agit en fait d'une substance chimique libérée par l'herbe sous forme d'appel de détresse. Lorsque les plantes détectent des stimuli négatifs, elles réagissent en libérant des produits chimiques pour empoisonner l'attaquant, informent les autres plantes du danger imminent ou font appel à l'aide d'insectes.

Des chercheurs de l'Université de Bonn, en Allemagne, ont signalé que les plantes produisaient certains gaz en détresse, ce qui équivaut à pleurer de douleur. D'autres chercheurs ont détecté des ondes sonores en plus des gaz quand une plante est blessée. Bien que le son soit inaudible pour l’homme, les chercheurs ont noté que les concombres criaient lorsqu’ils étaient coupés, tandis que les fleurs gémissaient lorsque les feuilles étaient détachées. Des chercheurs de l'Université de Missouri-Columbia ont indiqué que les plantes peuvent se sentir hachées ou rongées par les insectes et réagir en initiant des mécanismes de défense tels que la production de sève toxique ou la construction de leurs épines.

Lorsqu'une partie d'une plante est coupée, la plante accède aux dommages et initie le processus de reconstruction pour permettre à la plante de continuer à vivre. Certains scientifiques supposent que les plantes ont des comportements moins complexes que ceux des animaux, même sans cerveau pour interpréter les stimuli. Les plantes réagissent à la lumière du soleil en se penchant vers la source de lumière, preuve évident qu'elles sont conscientes de la présence de la lumière du soleil et de la position de la source. Les scientifiques ont également découvert que les plantes disposent d’une méthode sophistiquée pour partager les ressources entre elles et hiérarchiser les plantules.

Pas de douleur, mais des stimuli

Aucune preuve concluante ne suggère que les plantes perçoivent la douleur, mais elles répondent positivement aux stimuli. Ils peuvent réparer les pièces endommagées, parer aux menaces potentielles et changer de direction. Lorsqu'ils ont besoin de polliniser, ils produisent une sève qui attire les abeilles. Il est logique que les plantes ne perçoivent pas la douleur, car si elles le faisaient, elles auraient besoin de développer des mécanismes de défense physiques pour lutter contre les prédateurs potentiels tels que les griffes ou les dents chez les animaux.

Recommandé

Le festival des lanternes de Taiwan - Táiwān Dēnghuì
2019
Croyances religieuses en Slovaquie
2019
Relief fluvial: qu'est-ce qu'un bassin endoréique?
2019