Où est le fleuve Mackenzie?

5. Description

Le réseau hydrographique du fleuve Mackenzie est le deuxième plus important réseau hydrographique du continent nord-américain, après le seul réseau hydrographique Mississippi-Missouri. C'est aussi le plus grand et le plus long bassin hydrographique du Canada. Le réseau hydrographique du fleuve Mackenzie s'écoule sur 4 241 kilomètres depuis sa source dans la rivière Finlay jusqu'à son drainage dans la mer de Beaufort, dans l'océan Arctique. Le Mackenzie et ses affluents drainent ensemble une superficie d'environ 1 805 200 kilomètres carrés, ce qui représente environ 20% de la superficie terrestre totale du Canada. Bien que le fleuve Mackenzie lui-même coule entièrement dans les limites des Territoires du Nord-Ouest du Canada, plusieurs de ses affluents s'étendent dans des provinces canadiennes adjacentes, telles que la Colombie-Britannique, la Saskatchewan, l'Alberta et le Yukon. Les rivières Peace, Athabasca et Liard sont parmi les plus importants affluents du Mackenzie. Un certain nombre de lacs, comme le lac Athabasca, le Grand lac des Esclaves et le Grand lac de l'Ours, forment également des parties remarquables du réseau hydrographique du fleuve Mackenzie.

4. Rôle historique

Le bassin du fleuve Mackenzie a été utilisé comme une importante voie de commerce par les marchands de fourrures européens depuis la fin du XVIIIe siècle. Le fleuve tire son nom de l'explorateur écossais Alexander Mackenzie, qui l'explora et suivit son cours pour atteindre l'océan Arctique en 1789. Peu après, un grand nombre de postes de traite apparurent le long du fleuve et de ses affluents. sillonner la rivière au début du 19ème siècle. Peu à peu, ces bateaux ont été remplacés par des bateaux à vapeur et le commerce de la fourrure a rapidement prospéré le long de la rivière. Au début du XXe siècle, l'exploitation minière est devenue une autre activité économiquement importante autour du bassin du fleuve Mackenzie, bien que dans la seconde moitié du XXe siècle, les bénéfices tirés des activités minières y soient au mieux devenus marginaux.

3. Importance moderne

Le bassin du fleuve Mackenzie est toujours l’un des habitats les moins peuplés et les mieux préservés de l’Amérique du Nord. Grâce au piégeage d’animaux comme le castor, le lynx, le renard et la martre pour fourrure, les Indiens indigènes installés le long du fleuve pratiquant encore la fourrure, le commerce de la fourrure n’est plus une source de revenus économique dominante pour cette région. L'agriculture n'est pas très pratiquée dans cette région et se limite principalement au sud plus chaud du fleuve et de ses affluents, où des céréales et des céréales sont cultivées et où l'élevage est pratiqué. La pêche commerciale est pratiquée dans les lacs du bassin du Mackenzie, comme le lac Athabasca et le Grand lac des Esclaves. L’exploitation pétrolière et pétrolière est la principale activité rentable le long du fleuve Mackenzie. Le premier champ de pétrole a été découvert en 1921 à Norman Wells. De l'uranium, de l'or, des diamants, du plomb et du zinc ont également été extraits dans et le long du système du fleuve Mackenzie. Outre son importance économique, le fleuve Mackenzie est également important sur le plan écologique. Il abrite certains des habitats les plus préservés d'Amérique du Nord et représente 11% de l'eau douce entrant dans l'Arctique, influençant ainsi considérablement la circulation de cet océan septentrional. .

2. Habitat

Le fleuve Mackenzie traverse une zone de forêt boréale au sud, puis une vaste zone de végétation de taïga au milieu de son étendue, avant de se jeter dans l'océan Arctique via la zone de toundra arctique située à l'extrême nord. Les aulnes, les trembles, les bouleaux, les sapins baumiers et les épinettes font partie des espèces de plantes importantes des forêts de la taïga situées le long du fleuve Mackenzie. Plus au nord, la linaigrette, la mousse de plumes, la canneberge des tourbières et la mousse de sphaigne recouvrent le paysage le long du bassin de la rivière. Le caribou, le lynx, le vison, le castor et le rat musqué font partie des espèces de mammifères vivant dans les forêts de la taïga du Mackenzie. Les bélugas peuvent souvent être aperçus dans le delta du Mackenzie, tandis que les corégones de montagne, les grands brochets, les ménés, le saumon quinnat, la truite fardée et d'autres espèces de poissons prospèrent dans les eaux du bassin du Mackenzie. Les balbuzards, les oies, les grues du Canada, les cygnes siffleurs et d’autres oiseaux spectaculaires peuplent également les terres humides des bassins versants du fleuve Mackenzie.

1. Menaces et différends

Bien que beaucoup d'efforts soient consacrés à la conservation du bassin du fleuve Mackenzie, un grand nombre de problèmes récurrents menacent le fleuve aujourd'hui. L'une des principales sources de pollution de ces eaux fluviales est la production de sables bitumineux le long du fleuve, lesquels produisent à leur tour des sous-produits toxiques composés de mercure, d'arsenic, de plomb et de benzène. Les niveaux d'eau dans le système du fleuve Mackenzie ont également été considérablement altérés par les activités de barrages à grande échelle le long des affluents et des sources du cours supérieur du Mackenzie. Cela a eu un impact négatif sur le cycle de vie d'un grand nombre d'espèces de poissons aquatiques. Outre les barrages, le changement climatique a également entraîné des modifications de l'hydrologie du fleuve Mackenzie, affectant les flux de ses eaux dans l'océan Arctique. Si cette tendance se maintenait, elle pourrait entraîner une transformation des schémas actuels de l'océan dans l'Arctique, affectant par conséquent les climats et les écosystèmes du monde entier.

Recommandé

Quels sont les géants du gaz?
2019
Drapeau de l'état d'Indiana
2019
Les plus hautes montagnes du Kazakhstan
2019