Pays avec la pire représentation féminine dans les législatures nationales

Même au 21ème siècle, de nombreux pays ne semblent pas disposés à placer des membres de leurs populations féminines respectives dans des lieux d'autorité. Ci-dessous, nous énumérons les pays où la représentation législative des femmes au niveau national reste à son niveau le plus bas au monde. Il est intéressant de noter que la plupart des pays mentionnés dans ce document proviennent d’Océanie ou d’autres pays insulaires du Pacifique, ou sont des pays du Moyen-Orient. Cette observation donne à penser que ce sont les perceptions culturelles et les traditions qui empêchent les femmes d'entrer dans les rangs les plus élevés du gouvernement dans ces endroits.

10. Papouasie-Nouvelle-Guinée (3% des représentants)

Le Parlement national de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, composé de 111 membres au total, ne compte que trois femmes. Après l'indépendance, lors des premières élections nationales en 1977, trois candidates se sont présentées aux élections, dont trois ont été élues. Cependant, il ne reste aujourd'hui que le nombre de femmes au Parlement national de la PNG à la législature de 1977-1982. L'incapacité du pays à progresser dans ce domaine a conduit à la nécessité de prendre des mesures spéciales. La réservation d'un quota de sièges pour les femmes semblait être le meilleur choix, bien que cela aurait nécessité un amendement constitutionnel. Cependant, le projet de loi visant à modifier la Constitution n'a pas recueilli suffisamment de voix et n'a donc jamais été adopté. Les femmes continuent donc d'être sous-représentées en Papouasie-Guinée.

9. Îles Salomon (2% des représentants)

Les îles Salomon ont une représentation féminine extrêmement faible, 2% seulement des membres du parlement national étant des femmes. En 2014, le pays a adopté la loi sur l'intégrité des partis politiques afin d'accroître la participation de ses femmes à la vie politique. Cependant, cette mesure est encore assez inefficace, car elle fixe un seuil très bas pour le nombre minimum requis de représentantes, et manque de sanctions suffisantes pour traiter les cas de non-respect de ce quota de femmes. Lors des élections de 2014, seules 26 femmes ont été nommées candidates, ce qui représente 6% du nombre total des candidats nommés, et une seule d'entre elles a effectivement été élue au parlement.

8. Koweït (2% des représentants)

Les femmes koweïtiennes se sont longtemps battues pour leurs droits politiques. Jusqu'en 2005, les femmes de ce pays n'étaient même pas autorisées à voter, encore moins à participer à une élection contre leurs homologues masculins. Les femmes ont voté pour la première fois aux élections de 2006, auxquelles ont également participé 28 candidates. Bien qu'aucun candidat n'ait remporté un siège, cette élection constituait toujours un progrès politique majeur pour ces femmes koweïtiennes. Près de quatre ans plus tard, en 2009, quatre femmes koweïtiennes ont été élues au parlement, ce qui représente 2% des représentants au parlement du pays. C’était un autre petit pas dans la bonne direction pour l’égalité au Koweït.

7. Oman (1% des représentants)

La représentation des femmes à l'Oman au parlement national n'a montré aucune amélioration ces dernières années: une seule candidate a été élue au parlement sur un total de 20 candidates aux dernières élections. Ce qui est pire, c’est que le nombre de candidates candidates aux élections de 2015 était encore inférieur à celui des 77 femmes qui se sont présentées aux élections de 2011 dans le pays. Les femmes du pays espèrent donc que les nouveaux membres du conseil introduiront une sorte de système de quotas afin de permettre à un plus grand nombre de femmes d'être élues lors des prochaines élections législatives à Oman.

6. Vanuatu (0% des représentants)

Petit pays composé de 80 îles de l'océan Pacifique sud, le Vanuatu peut se vanter de sa beauté naturelle et de ses récifs coralliens. Néanmoins, le pays échoue lamentablement dans le domaine de la représentation des femmes dans la politique nationale. Les dernières élections législatives de 2012 ont été disputées par 17 candidates, aucune n'a remporté de siège. Ainsi, le parlement des nations est représenté par 0% de femmes. Ce chiffre inquiétant a amené le gouvernement à prendre des mesures définitives pour résoudre le problème, et un plan visant à réserver 30% des sièges du Parlement aux femmes a été proposé et devrait être approuvé et exécuté.

5. Yémen (0% des représentants)

Les femmes au Yémen sont mal représentées dans la politique de leur pays. Cependant, les femmes de ce pays ne sont pas celles qui ont un esprit prêt à être maîtrisées. En fait, depuis des décennies, ces femmes protestent et demandent une extension de leurs droits. Le soulèvement de 2011 dans le pays a vu une participation lourde des femmes yéménites, qui ont exprimé ouvertement leurs revendications pour les droits des femmes comme jamais auparavant. Bien que les femmes de ce pays votent et puissent également participer aux élections, la représentation des femmes au parlement national yéménite a fortement diminué au cours des dernières décennies. Leur nombre y est passé de 11 en 1993 à 1 en 2003, ce chiffre étant tombé à néant à l'heure actuelle. Après le soulèvement de 2011, la Conférence de dialogue national a pris certaines mesures volontaristes, telles que des décisions concernant le "système de quotas des femmes", bien que, malheureusement, les femmes du pays estiment que rien n'a été fait depuis.

4. Tonga (0% des représentants)

Bien que le royaume des Tonga soit une monarchie constitutionnelle, le pays a connu une réforme constitutionnelle majeure de 2006 à 2010, qui a porté de 9 à 17 le nombre de sièges législatifs élus par le public. Outre ces 17 membres, l'Assemblée législative de Tonga compte 9 membres. doivent être nommés par les nobles de Tonga et quatre par le roi. Les premières élections dans le cadre de ce nouveau système électoral, tenues en 2010, n'ont pas permis à une seule femme d'être élue à l'Assemblée législative. Cependant, le roi choisit une femme dans son quota pour siéger à l'Assemblée législative. La situation ne s'est pas améliorée lors des élections de 2014 aux Tonga. Cette année encore, aucune des 16 femmes qui ont participé aux élections n'a été élue à l'Assemblée législative des Tonga.

3. Micronésie (0% des représentants)

La Micronésie, un archipel d'îlots minuscules de l'océan Pacifique occidental, est l'un des pays du monde où la représentation féminine dans la politique nationale est la plus faible. Les dernières élections s'y sont déroulées en mars 2015. C'était à l'époque où les quatre États des États fédérés de Micronésie ont participé aux dernières élections pour l'élection de leur 19e Congrès. Parmi les 14 candidats élus à cette élection, aucune n'était une femme. C’est également le seul pays au monde à enregistrer "0" représentantes au sein de sa législature nationale.

2. Palaos (0% des représentants)

Historiquement, la nation des Palaos n’a pas été représentée par une représentation féminine au sein de son assemblée législative nationale, comme l’indiquent les dernières statistiques de la Banque mondiale de données des Nations Unies. La base de données indique "0" comme étant représentées lors du dernier décompte. Cependant, plus récemment, une nouvelle page a été tournée pour les droits des femmes à Palau, 3 femmes ayant été élues à son parlement lors du dernier cycle électoral. À savoir, ces femmes qui ont rejoint le Sénat d’Olbiil Era Kelulau, aux côtés de dix hommes, étaient Kathy Kesolei, Rukebai Inabo et JU Senior.

1. Qatar (0% des représentants)

Les femmes au Qatar ont le droit de voter et de participer aux élections, mais la représentation féminine dans la vie politique de ce pays est quand même remarquablement basse. Pour encourager une plus grande participation féminine, les élections de 1999 au Conseil municipal central du Qatar se sont délibérément tenues le 8 mars, le même jour que la Journée internationale de la femme. Une seule candidate cependant a contesté cette élection. En 2003, une autre femme, Sheikha Yousuf Hasan Al Jufairi, est devenue la première femme du pays à occuper un poste municipal après avoir remporté un siège aux élections de 2003. Cette année a également été marquée par une victoire majeure pour les femmes du Qatar. Ahmed al-Mahmoud a été nommé première femme ministre du pays, choisie par l'émir. En 2015, deux femmes ont été élues au CMC. Cependant, malgré cette lente progression, le Qatar a toujours une représentation de 0% de candidates élues par le public à son assemblée consultative, l'organe législatif de la monarchie du Qatar. C’est pourquoi il est prudent de dire aujourd’hui que le Qatar est toujours en retard dans la réalisation de l’objectif de l’égalité des sexes, du moins en termes d’égalité de représentation des hommes et des femmes du Qatar dans son parlement national.

Recommandé

Porto Rico est-il un pays?
2019
Le passé, le présent et l'avenir de la planète Terre
2019
Les plus grandes religions du monde
2019