Pays avec la plus grande part d'exportations de peaux de reptiles inscrites à la CITES

Le commerce illégal d’animaux existe pour de nombreuses raisons, notamment pour répondre à la demande de viande, de souvenirs et de médicaments traditionnels, pour n'en nommer que quelques-unes. Cependant, c’est l’industrie de la mode qui a réussi à obtenir le soutien des décideurs politiques partout dans le monde afin de sécuriser les produits animaux, tels que la fourrure et les peaux, destinés aux vêtements de luxe. Les défenseurs de la conservation de la faune et des droits des animaux du monde entier se sont opposés à cette pratique pendant de nombreuses années. Ils ont contribué à réduire la demande de peaux d'animaux et rendu illégal le commerce de certaines espèces. Plusieurs gouvernements internationaux ont signé la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), un accord visant à garantir le commerce international des plantes et des animaux ne menace pas leur existence. La CITES protège environ 5 600 espèces d'animaux, dont près de 800 reptiles, du commerce. Interdire le commerce de ces espèces ne l’a toutefois pas arrêté. De nombreuses personnes continuent à compter sur le piégeage des animaux comme principale source de revenu. Le reptile est une espèce souvent négligée dans cette discussion. Cet article examine quels États membres de la CITES continuent d’exporter des reptiles de la liste des interdits.

Pays où les exportations de peaux de reptiles inscrites à la CITES sont les plus élevées

L'utilisation de peaux de reptiles dans l'industrie de la mode est une pratique relativement nouvelle par rapport à l'utilisation de la fourrure. Au XIXe siècle, la demande de peaux d'alligator augmenta, ce qui permit à la pratique de l'élevage d'alligators de gagner en popularité. Cent ans plus tard, les peaux d'alligator ne suffisaient plus et la demande de peaux de reptiles augmentait pour les serpents et les lézards. La demande continue de croître aujourd'hui. Bien qu'il existe des exploitations agricoles enregistrées, les reptiles sauvages sont souvent introduits dans le commerce légal, ce qui les rend difficiles à retracer. Parmi les 6 principaux pays exportateurs légaux de peaux de reptiles, 5 sont également les principales sources de peaux illégales. La Colombie et l'Indonésie sont responsables de la moitié des exportations de reptiles inscrits à la CITES, soit 26% et 24% respectivement.

Colombie

En Colombie, le caïman brun est la principale espèce exportée. Le pays n'en signale pas beaucoup de sources sauvages, mais le caïman y est naturellement présent. Les experts du commerce estiment que le secteur agricole a surestimé sa capacité de production afin de bénéficier de quotas d'exportation plus élevés. Les quotas d'exportation non utilisés par les reptiles d'élevage sont complétés par des captures sauvages. On estime qu'environ 4 millions de peaux illégales sont entrées sur le marché en provenance de Colombie depuis 1990.

Indonésie

En Indonésie, les peaux de python sont très demandées. Celles-ci sont enregistrées en majorité dans la nature et représentent une source importante de revenus pour les personnes vivant dans la pauvreté. Le fait que la majorité de ces serpents proviennent de la nature rend le commerce plus difficile à réglementer.

États Unis

Les États-Unis sont responsables de 13% de toutes les saisies de peaux de reptiles entre 2005 et 2014. Compte tenu de la forte demande de peaux de reptiles à la mode, il est probable que ce nombre ne soit pas exact. En fait, peu de saisies sont signalées pour diverses raisons, notamment leur faible valeur marchande. De plus, les peaux provenant de sources illégales sont souvent introduites sur le marché avant l'exportation, ce qui a pour conséquence qu'elles sont enregistrées comme légales.

Malaisie

Après les États-Unis, la Malaisie est à l'origine de 10% des peaux de reptiles saisies. La Malaisie a un peu plus de contrôle qu’en Indonésie et les collecteurs sont susceptibles d’obtenir une licence. À cause du système en place, les collectionneurs peuvent gagner plus d’argent dans le commerce. Les pythons sont également la principale exportation de ce pays.

Parmi les autres pays qui ont fait des saisies de peaux de reptiles, citons le Vietnam, qui représente 8% des saisies mondiales de peaux de reptiles inscrites à la CITES, suivi de l'Argentine (8%) et du Zimbabwe (3%).

Conséquences pour les populations de reptiles

Le commerce des peaux de reptiles est mortel pour les animaux et menace la survie même de l'espèce. Lorsque les reptiles capturés dans la nature sont exportés au lieu d'être élevés dans des fermes, cela déséquilibre leurs écosystèmes. Beaucoup sont capturés avant d'avoir eu la chance de se reproduire, ce qui contribue à un nouveau déclin de la population. Malheureusement pour les reptiles, ils ne sont pas aussi attrayants visuellement que d'autres animaux à fourrure et souffrent donc d'un manque de défenseurs. Il est important de rappeler que beaucoup de ces espèces sont en voie de disparition et sont des éléments clés de la survie d'autres plantes et animaux. Un effort accru de suivi des reptiles capturés illégalement est crucial pour que l’espèce continue à prospérer.

Pays avec la plus grande part d'exportations de peaux de reptiles inscrites à la CITES

RangPaysPart des exportations de peaux de reptiles inscrites à la CITES
1Colombie26%
2Indonésie24%
3Les États-Unis d'Amérique13%
4Malaisiedix%
5Vietnam8%
6Argentine8%
7Zimbabwe3%
8Autres8%

Recommandé

Les plus grands déversements d'eaux usées de l'histoire récente
2019
Les plus grands stades de tennis du monde
2019
Quand l'Arménie at-elle gagné son indépendance?
2019