Pays avec le plus d'accidents de voiture

Environ 3 000 accidents de voiture se produisent chaque jour dans le monde. L’alcool et d’autres drogues contribuent à 22% des accidents de la route sur les routes du monde. Les décès liés à l’automobile constituent la onzième cause de mortalité dans de nombreux endroits, en particulier dans les pays en développement, les jeunes les plus âgés représentant les risques les plus élevés. Avec un taux de 73, 4 décès pour 100 000 habitants, la Libye a de loin le plus grand nombre d'accidents de voiture au monde.

Les transports publics offrent peu de sécurité dans de nombreux endroits

Les pays à revenu faible et intermédiaire ont moins de la moitié des véhicules dans le monde. Néanmoins, ils contribuent à plus de 90% du nombre total de morts sur les routes. Leurs réseaux routiers mal entretenus et le manque de ressources pour appliquer les lois sur la sécurité routière et obtenir une assistance médicale sont des facteurs majeurs. Au contraire, les pays où les taux de décès par accident de la route sont les plus faibles sont principalement composés de pays à revenu élevé disposant des ressources nécessaires pour maintenir des routes de haute qualité et appliquer des lois plus strictes en matière d’utilisation de la route. Dans les pays à revenu élevé, les systèmes de transport en commun sont applaudis pour leurs performances en matière de sécurité. Toutefois, dans certains pays à faible revenu, les véhicules de transport en commun seraient l’une des principales causes de mortalité dans les véhicules. Au Nigéria et au Kenya, par exemple, les fournisseurs de transports en commun sont réputés pour remplir leurs cabines bien au-delà de leurs capacités de sécurité, tout en dépassant les limites de vitesse sur leurs itinéraires avec un mépris flagrant du code de la route, tout en maintenant des véhicules éloignés adéquatement adapté aux utilisations de leurs passagers.

Voitures à bas prix, risques élevés

La majorité des véhicules vendus dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ne sont pas en mesure de respecter les normes de base en matière de sécurité routière qui se rapprochent des normes mondiales. Les réglementations en vigueur dans ces pays qui définissent ce qui rend le véhicule en état de rouler sur la route sont laxistes, ce qui en fait un dépotoir idéal pour les vieux véhicules. À partir de là, les habitants profitent souvent des faibles coûts liés à l’importation de vieux véhicules qui fonctionnent à peine et posent des risques pour la santé publique pour leur usage personnel. Réduire le nombre d'usagers de la voiture dans ces pays contribuerait beaucoup à réduire le taux de mortalité par accident de la route par habitant. Cela sera toutefois difficile, étant donné que seulement 33% des pays du monde ont des politiques actives qui encouragent les personnes à marcher ou à faire du vélo au lieu de conduire, et que les ressources limitées rendront difficile l'adoption et la mise en œuvre de leurs propres politiques.

Dangers pour les piétons et les cyclistes

La moitié des personnes tuées dans des accidents de la route sont des piétons, des cyclistes ou des conducteurs de véhicules à deux roues. Ils sont appelés «usagers de la route vulnérables». Dans les Amériques, la proportion de décès de motocyclistes est passée de 15% entre 2010 et 2013 à 20%, contre 33% dans les régions de l'Asie du Sud-Est et du Pacifique. Les usagers de la route vulnérables sont particulièrement exposés dans les pays où leurs besoins ne sont pas pris en compte lors des phases de conception des projets de construction de routes. Les «passages pour piétons» sont rares dans les endroits où les utilisateurs vulnérables ne sont pas pris en compte, et les pistes cyclables sont presque inexistantes. Le problème est aggravé par le fait que les gouvernements prennent peu d'initiatives pour réduire la congestion automobile sur leurs routes.

La nécessité d'efforts mondialisés

Lors d’une conférence tenue à Brasilia, des représentants des transports ainsi que des ministères de la Santé des gouvernements de nombreux pays se sont réunis pour débattre des problèmes mondiaux de sécurité routière et de la nécessité urgente de prendre des mesures pour atteindre les objectifs de sécurité routière énoncés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Développement. Ils y ont discuté de l'adoption de nouvelles lois visant à réduire le nombre élevé de décès par accident de la route, fondées sur des pratiques telles que le port de la ceinture de sécurité, les limitations de vitesse, les casques de moto et les systèmes de retenue pour enfants. Cela ne sera toutefois pas suffisant si les pays n'honorent pas leurs promesses et ne s'acquittent de leurs mandats. Les améliorations apportées aux systèmes de transport public contribueront grandement à la sécurité des piétons, des cyclistes et des automobilistes qui partagent les routes de notre planète. Les pays en développement ne méritent pas tout le blâme, car même dans de nombreux pays développés, de nombreux automobilistes ne se rendent pas compte que la route est accessible à tous les usagers, pas seulement aux automobilistes, et que beaucoup perçoivent le code de la route plus comme une nuisance que comme des règles strictes. vivre et conduire par.

Pays où le taux de mortalité routière est le plus élevé

  • Afficher les informations en tant que:
  • liste
  • Graphique
RangPaysDécès par accident de voiture (pour 100 000 habitants)
1Libye73, 4
2Thaïlande36, 2
3Malawi35, 0
4Libéria33, 7
5République Démocratique du Congo33.2
6Tanzanie32, 9
7République centrafricaine32.4
8Iran32.1
9Rwanda32.1
dixMozambique31, 6
11São Tomé et Príncipe31, 1
12Aller31, 1
13Burkina Faso30.0
14Gambie29.4
15République Dominicaine29.3
16Kenya29.1
17Madagascar28.4
18Lesotho28.2
19Zimbabwe28.2
20Bénin27, 7
21Cameroun27, 6
22Guinée Bissau27, 5
23Arabie Saoudite27.4
24Ouganda27.4
25Guinée27, 3

Recommandé

Croissance du PIB par pays
2019
Les 25 plus grandes économies du monde
2019
Qu'est-ce qu'une cabane Quonset?
2019