Pays avec les taux les plus élevés de paludisme

Le paludisme est l'une des principales causes de décès dans de nombreux pays en développement d'Afrique, d'Amérique du Sud et d'Asie. Les moustiques femelles anophèles infectées transmettent ce parasite à l'homme. Le parasite le plus meurtrier du paludisme est P. falciparum, qui cause un paludisme malin caractérisé par des frissons, des maux de tête, des vomissements et de la fièvre au début de l’apparition, souvent suivi du décès. Les professionnels de la santé diagnostiquent l'infection en effectuant des tests sanguins d'antigènes. L'une des méthodes les plus largement utilisées est appelée test de diagnostic rapide et fournit un diagnostic en 2 à 15 minutes. Les retards de traitement entraînent une maladie grave et la mort. Certains pays connaissent des taux de paludisme plus élevés que d’autres, la plupart en Afrique. Cet article examine les facteurs qui influent sur la propagation de la maladie.

Pays avec les taux de paludisme les plus élevés

Transmission et diagnostic du paludisme

Le paludisme est transmis par le moustique femelle Anopheles qui se développe dans les régions tropicales et subtropicales. On le trouve très rarement, voire jamais, en haute altitude, dans les déserts ou pendant les saisons froides. En 2015, 214 millions de nouveaux cas de paludisme ont été signalés et environ 438 000 décès. Ces chiffres proviennent de cas diagnostiqués et de nombreuses infections ne sont pas diagnostiquées. Le paludisme est évitable et traitable. La majorité si ces nouveaux cas et 90% des décès qui en résultent se produisent en Afrique. L'Ouganda, par exemple, a enregistré le plus grand nombre de nouvelles infections avec 10, 3 millions. Ce chiffre est suivi par le Ghana avec 8, 8 millions et un autre 6, 3 millions en République démocratique du Congo.

Facteurs menant à la propagation de la maladie

Pourquoi les professionnels de la santé diagnostiquent-ils chaque année autant de nouveaux cas de paludisme en Afrique? Outre les pays mentionnés précédemment, il y a eu 6, 1 millions de nouveaux cas au Burkina Faso, 5, 8 millions au Kenya et 4, 7 millions en Zambie. La réponse écrasante à la propagation du paludisme est la pauvreté. Dans les pays où la majorité de la population vit dans la pauvreté, les infections comme le paludisme sont beaucoup plus susceptibles de se produire. La construction de maisons dans les zones rurales des pays en développement ne protège guère contre l’intrusion de moustiques et les familles ne peuvent pas se permettre des moustiquaires pour pendre au-dessus de leurs lits. Ces personnes sont incapables de payer les frais de transport et de santé et, même si elles parviennent à obtenir un diagnostic officiel, sont souvent incapables de payer les médicaments. Le manque d'éducation sur la prévention du paludisme, comme par exemple couvrir les réserves d'eau pour empêcher la reproduction des moustiques, explique également pourquoi ces pays sont confrontés à des taux élevés de paludisme. La malnutrition sévit également dans ces régions, ce qui affaiblit le système immunitaire.

Effets sur les nouveau-nés et les enfants

Les infections par le paludisme pèsent énormément sur les systèmes de santé de ces pays et touchent principalement les enfants infectés de l'une des trois manières suivantes. Lorsque la mère est infectée pendant la grossesse, le parasite est transmis au fœtus. Cet événement entraîne une naissance prématurée et un faible poids à la naissance, ce qui diminue les chances de survie. Un cas de paludisme rapide et grave peut également provoquer des convulsions, un coma ou une infection respiratoire pouvant entraîner la mort. Enfin, les enfants infectés à plusieurs reprises sont plus susceptibles de souffrir d'anémie, ce qui affaiblit leur système immunitaire.

Le Pakistan (4, 3 millions), l'Éthiopie (3, 9 millions), le Malawi (3, 7 millions) et le Niger (3, 5 millions) sont d'autres pays où le nombre de nouveaux cas de paludisme est élevé.

Autres facteurs contribuant à la propagation du paludisme

Une autre cause de la propagation du paludisme peut être attribuée au changement climatique mondial. Le climat affecte les maladies infectieuses. Ceci est vrai pour les virus, les bactéries et les parasites. Les changements de température, de précipitations et d'humidité perpétueront la saison de reproduction de ces moustiques. Étant donné que le changement climatique mondial augmente la température dans les pays susmentionnés et que les moustiques porteurs de parasites se développent et se multiplient par temps chaud, il est raisonnable de conclure que le paludisme ne continuera à infecter des millions de personnes chaque année. Si les individus, les communautés et les nations ne s'unissent pas pour réduire les facteurs contribuant au changement climatique mondial, les effets en souffriront pour la population mondiale.

Pays avec les taux les plus élevés de paludisme

RangPaysCas de paludisme signalés (en millions)
1Ouganda10.3
2Ghana8.8
3République Démocratique du Congo6.3
4Burkina Faso6.1
5Kenya5.8
6Zambie4.7
7Pakistan4.3
8Ethiopie3, 9
9Malawi3.7
dixNiger3, 5

Recommandé

Les plus grands déversements d'eaux usées de l'histoire récente
2019
Les plus grands stades de tennis du monde
2019
Quand l'Arménie at-elle gagné son indépendance?
2019