Pourquoi les exécutions globales sont-elles à la hausse?

Pourquoi les exécutions globales sont-elles à la hausse?

En 2015, le monde a connu une augmentation remarquable du nombre d'exécutions dans le monde. Selon Amnesty International, plus de personnes ont été exécutées cette année-là que depuis 1989. Dans son examen du recours à la peine de mort par divers pays, 1 634 personnes ont été exécutées en 2015, soit une augmentation de 50% par rapport à l'année précédente. L'Iran, l'Arabie saoudite et le Pakistan sont responsables de 89% des condamnations à mort.

Le chiffre n'inclut pas la Corée du Nord ni la Chine, pays dans lesquels les registres sont gardés secrets. La Chine reste le premier bourreau du monde et Amnesty craint que des milliers de personnes ne soient tuées en 2015. Bien que le groupe de surveillance ait ajouté que le nombre d'exécutions semblait avoir diminué ces dernières années, le secret chinois autour de la peine de mort rendait cela impossible à vérifier.

Pires délinquants

Selon le Guardian, les cinq premiers bourreaux du monde sont le Pakistan, l'Iran, l'Arabie saoudite, la Chine et les États-Unis. Les trois premiers ont eu recours à des exécutions jamais auparavant, souvent après des procès inéquitables. L'Iran a tué environ 977 personnes en 2015, contre 743 l'année précédente. La grande majorité des exécutions concernaient des crimes liés à la drogue. Parmi les personnes mises à mort en 2015, quatre avaient moins de 18 ans au moment des faits, violant ainsi le droit international.

Le Pakistan a maintenu ce que Amnesty a appelé une «tuerie sanctionnée par l'État», qui a débuté après la levée de son moratoire de sept ans sur les exécutions civiles en 2014. Au moins 326 personnes ont été condamnées à la pendaison, le plus haut total jamais enregistré par Amnesty le pays. Le Pakistan prévoit également la peine capitale pour des crimes comme le blasphème et le meurtre.

L'Arabie saoudite a tué 158 prisonniers en 2015, soit une augmentation de 76% par rapport à l'année précédente. La plupart ont été décapités, mais d'autres ont été tués par des groupes de tir. Parfois, les corps étaient exposés en public. Le cinquième bourreau en 2015 était les États-Unis. Ironiquement cependant, le total de 28 décès était le plus bas du pays en 24 ans.

Menaces accrues pour la sécurité

Le recours à la peine de mort a considérablement augmenté dans d'autres pays, notamment en Égypte et en Somalie, qui ont exécuté 22 et 25 prisonniers respectivement. Par ailleurs, au moins six pays, qui n'avaient tué aucun être humain en 2014, avaient eu recours à la peine capitale en 2015, dont le Tchad, qui avait tué 10 personnes. Pour l'Indonésie, le bilan était de 14.

Chiara Sangiorgo, experte en peine de mort pour Amnesty, a déclaré à CNN que les menaces à la sécurité liées au terrorisme et aux troubles mondiaux en général constituaient un facteur déterminant de la multiplication des exécutions. De nombreux gouvernements réagissent à ces menaces au détriment des droits de l'homme. Le secrétaire général d'Amnesty, Salil Shetty, a déploré la multiplication des exécutions dans le monde et a appelé à la fin du «massacre». "Ce n'est pas depuis 25 ans que tant de personnes ont été mises à mort par des États du monde entier", a-t-il ajouté.

Sur le plan positif, Amnesty International a également constaté qu'une majorité des nations du monde avaient aboli la peine de mort, confirmant ainsi la tendance à long terme à rendre les lois plus humaines. En fait, Madagascar, les Fidji, la République du Congo, le Suriname et la Mongolie ont interdit la peine de mort en 2015.

Recommandé

Les élections présidentielles américaines les plus controversées de l'histoire
2019
Art impressionniste français
2019
Sur quel continent se trouve la Nouvelle-Zélande?
2019