Primes de prêt les plus élevées par pays

Le taux de prime de risque sur actions de chaque pays est calculé en soustrayant le taux des bons du Trésor du taux débiteur. Cela fonctionne comme une incitation, en aidant les pays à attirer des investisseurs prêts à assumer un risque un peu plus élevé d'investissement en actions. En général, les primes de risque sont inversement proportionnelles au niveau de prix des actifs risqués. Lorsque les primes de risque augmentent, les prix des actifs risqués diminuent, et inversement. Pour les investisseurs, les choix d’allocation d’actifs et les décisions relatives au market timing reposent essentiellement sur la prévision de l’orientation future des primes de risque sur divers marchés d’actifs.

Un certain nombre de facteurs sont pris en compte lors de la détermination du taux de prime de risque sur actions pour chaque pays. Le premier est le risque économique: lorsque l’économie d’un pays est en pleine mutation, le risque sur actions augmente. Il en va de même pour la politique: si la politique fiscale ou gouvernementale est instable, le risque d’équité augmente. La volatilité du PIB entraîne également une augmentation du risque sur actions. L'infrastructure et la communication peuvent également influer sur les primes de risque des actions d'un pays: si les entreprises ne fournissent pas d'informations exactes ou adéquates aux investisseurs, les primes de risque des actions augmenteront. Enfin, la guerre et les catastrophes environnementales peuvent avoir des effets dévastateurs sur l'économie d'un pays. Dans les pays où les catastrophes se produisent souvent ou récemment, le risque sur actions augmente souvent.

Les dix pays suivants ont actuellement les taux de prime de risque les plus élevés au monde. Bien que ces pays soient confrontés à une variété de défis et d’histoires économiques diverses, ils ont tous une caractéristique commune: une économie en mutation. Les primes de risque restent rarement stables. Pour les investisseurs avisés, une prévision précoce et précise des améliorations futures de l'économie d'un pays en développement pourrait générer un retour sur investissement significatif.

Madagascar (51%)

Madagascar arrive en tête de liste avec un taux de prime de risque sur les emprunts de 51% en 2015. Ce chiffre est dû en grande partie à son économie en difficulté, divers facteurs politiques causant une instabilité dans l'industrie, les services et le tourisme. La corruption gouvernementale a entravé les efforts visant à renforcer et à améliorer l'économie de marché. Les infrastructures sont sous-développées: les routes, les voies ferrées et les ports maritimes sont tous très mal adaptés. Plus de soixante-dix pour cent de la population vit dans la pauvreté et gagne moins de 50 dollars par an. L'économie de Madagascar repose principalement sur l'agriculture et le pays est sujet aux inondations, aux sécheresses et à d'autres catastrophes naturelles.

Brésil (29, 8%)

Bien que le Brésil soit l'un des principaux producteurs et exportateurs de produits agricoles au monde, la corruption et la mauvaise gestion ont longtemps été un obstacle à la stabilité économique. Son histoire a été caractérisée par des extrêmes: des emprunts excessifs, des dépenses excessives et un recours excessif au marché hautement volatile du pétrole ont entraîné plusieurs récessions dévastatrices. Petrobras, la société d’énergie publique brésilienne, a récemment été mêlée à un scandale de corruption qui a entraîné une perte de son PIB de plus de 30 milliards de dollars.

Sierra Leone (16, 7%)

La Sierra Leone est l'un des pays les plus pauvres du monde. Son gouvernement est fortement dépendant de l'aide étrangère et la plupart des citoyens dépendent de l'agriculture de subsistance. La guerre civile a dévasté le pays pendant plus de vingt ans. La corruption à tous les niveaux de gouvernement reste un problème important. Cependant, les efforts récents pour réformer et améliorer l'industrie du diamant (une source de revenus importante pour le pays, représentant plus de 60% du total des exportations) ont considérablement amélioré le potentiel économique de la Sierra Leone.

Rwanda (13, 3%)

La guerre civile, le génocide et les tensions et troubles persistants continuent d'influencer l'économie en développement du Rwanda. Malgré une augmentation significative du tourisme et des exportations de café et de thé, le niveau de pauvreté reste élevé. Plus de 80% des Rwandais dépendent d'une agriculture de subsistance, parfois complétée par des cultures de rapport. Le gouvernement exerce un contrôle sur les prix au moyen de subventions à l'électricité et à l'agriculture, tandis que la corruption et la corruption entravent la croissance économique et les réformes.

Guyana (11%)

La corruption généralisée au sein du gouvernement et la faiblesse de l'application de la loi sont des problèmes de longue date pour le Guyana. Le crime organisé, la drogue et le trafic d'êtres humains sont monnaie courante et les crimes violents constituent un problème majeur. Les restrictions légales aux nouveaux investissements et le manque de financement accessible à long terme entravent le développement économique et la croissance de l'emploi. Le système bancaire est archaïque et inefficace, et le cadre de réglementation financière a cruellement besoin d'être réformé.

Kirghizistan (10, 8%)

La République kirghize doit encore se libérer du régime soviétique, les restes de l'ancien système communiste étant toujours en vigueur dans tout le pays. La pauvreté généralisée, la faiblesse de l'application de la loi, les troubles politiques et la violence, ainsi que le crime organisé, la corruption et le terrorisme ont empêché le pays de passer pacifiquement à une économie de marché. La dette extérieure est extrêmement élevée et les secteurs public et privé sont fortement dépendants de l'aide étrangère.

Jamaïque (10, 4%)

Bien que la Jamaïque soit un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, elle souffre depuis longtemps d’une faible croissance, d’une dette publique élevée et d’une série de catastrophes naturelles, notamment des cyclones fréquents. Depuis les années 90, le PIB réel par habitant n’a augmenté que de 1% en moyenne par an, loin derrière la croissance de la plupart des pays en développement.

Belize (10, 2%)

L'économie du Belize est fortement dépendante des exportations et des importations. Du fait de son emplacement dans la ceinture des ouragans, les infrastructures et les cultures sont régulièrement endommagées par des catastrophes naturelles telles que des ouragans, des tempêtes tropicales et des inondations. Le pays doit encore élaborer un plan de croissance économique à long terme; Cependant, une augmentation du tourisme et la découverte de pétrole en 2005 pourraient avoir placé le Belize sur la voie de gains économiques significatifs.

Îles Salomon (10%)

Les Îles Salomon comptent un demi-million de personnes réparties dans 90 îles habitées situées dans une région reculée du Pacifique Sud. C'est le pays du Pacifique le plus pauvre en termes de RNB par habitant. Les ressources naturelles et les options économiques sont limitées et les principaux marchés sont prohibitifs. Les changements climatiques et les catastrophes naturelles ont également continué à affecter la croissance et la stabilité économique.

Angola (9, 7%)

Brisé par une guerre civile de 1975 à 2002, le progrès économique de l'Angola s'est lentement amélioré. De nombreuses réformes sont encore nécessaires, notamment la diversification de ses exportations (actuellement, l’Angola est fortement tributaire de l’industrie pétrolière), l’amélioration des infrastructures et la réduction de la pauvreté.

Primes de prêt les plus élevées par pays

RangPaysTaux de prime de risque sur les prêts en 2015
1Madagascar51, 0%
2Brésil29, 8%
3Sierra Leone16, 7%
4Rwanda13, 3%
5Guyane11, 0%
6Kirghizistan10, 8%
7Jamaïque10, 4%
8Belize10, 2%
9îles Salomon10, 0%
dixAngola9, 7%

Recommandé

Quels sont les géants du gaz?
2019
Drapeau de l'état d'Indiana
2019
Les plus hautes montagnes du Kazakhstan
2019