Qu'est-ce que la confiance brisant?

Qu'est-ce que la confiance brisant?

La corruption est une manipulation de l'économie, menée par les gouvernements du monde entier, dans le but de prévenir ou d'éliminer les monopoles et les sociétés de fiducie. Les fiducies sont généralement de grands conglomérats pouvant détenir le titre de ou posséder les actifs de plusieurs organisations. D'une manière générale, ces organisations appartiennent au même type d'industrie. Les fiducies peuvent être bénéfiques pour les membres car elles leur permettent d’avoir une plus grande part du marché. Toutefois, cela peut être préjudiciable à l’économie.

La suppression des monopoles sur certains marchés favorise une concurrence libre et illimitée, qui profite à la fois à l'économie et aux consommateurs. Bien que les lois antitrust et les politiques anti-confiance prévalent partout dans le monde, le terme anti-confiance est le plus souvent associé aux politiques économiques de Theodore Roosevelt, 26ème président des États-Unis. Cet article met en évidence les origines de la corruption, les conséquences économiques négatives des monopoles et des grandes fiducies, la pratique des lois antitrust dans le monde et la mise en œuvre de la corruption par l'ancien président des États-Unis, M. Roosevelt.

L'origine de l'effondrement de la confiance

La suppression de la confiance est enracinée dans le droit de la concurrence, également appelé droit anti-monopole ou droit antitrust. Ces lois permettent aux gouvernements de réglementer les activités concurrentielles sur le plan économique et peuvent être appliquées à la fois par les secteurs public et privé. Plusieurs théories économiques tentent d'expliquer l'importance de garantir la concurrence sur le marché. La théorie néo-classique suggère que les économies où la concurrence est libre contribuent à améliorer la qualité de la vie dans une société.

Les historiens estiment que le droit de la concurrence a été appliqué pour la première fois par l'empire romain afin de maintenir un marché équitable pour le commerce des céréales. Cette loi sur la protection du grain interdisait aux particuliers de manipuler intentionnellement le prix du grain, par exemple en achetant et en stockant l'intégralité de l'offre ou en empêchant les envois d'atteindre le port. Le droit de la concurrence a continué de se répandre dans l’Europe occidentale et en Angleterre, où il s’est développé au Moyen Âge.

En Angleterre au cours du 15ème siècle, la restriction des échanges est devenue la loi commune. Cette loi interdisait à toute personne physique ou morale de créer ou de conclure un accord commercial dans le but de restreindre les pratiques commerciales d'une autre personne ou entité. Restriction du commerce Le droit commun est maintenant reconnu comme étant à l'origine des lois antitrust. Le Canada est devenu le premier pays à adopter une législation moderne concernant les lois anti-monopole à la fin du 19e siècle. L'année suivante, les États-Unis ont adopté la loi Sherman de 1890, considérée comme un pas en avant vers la formalisation de questions précédemment connues sous le nom de common law.

Pourquoi les monopoles et les fiducies sont-ils une mauvaise chose?

Les monopoles, les grands conglomérats et les sociétés de fiducie peuvent avoir des conséquences très négatives sur l'environnement économique. Lorsqu'un seul secteur est contrôlé par une seule entreprise ou entreprise, les consommateurs ont tendance à en souffrir. Cette part importante du marché signifie que les entreprises peuvent augmenter leurs prix sans aucun risque de la concurrence. De plus, les grandes fiducies ou monopoles peuvent offrir des articles de qualité inférieure, car le risque qu'un concurrent offre quelque chose de mieux n'est pas probable. Cette pratique élimine la concurrence du marché.

Tous les monopoles, conglomérats et sociétés de portefeuille ne participent pas à ce type de contrôle du marché. Les lois antitrust, les lois anti-monopoles et les politiques visant à briser la confiance contribuent toutefois à dissoudre les grandes organisations qui exploitent leur part de marché plus importante. Les gouvernements ont œuvré pour éviter ces résultats négatifs sur le marché en surveillant de près le comportement des entreprises. Parmi les comportements perçus comme profitant ou détenant une part de marché plus importante, citons: le maintien intentionnel de faibles niveaux de production de biens; conditionner deux produits en une seule vente, ce qui élimine les opportunités de marché de la concurrence; et refuser de fournir des fournitures à des concurrents potentiels.

Lois antitrust dans le monde

Avec les lois antitrust modernes en vigueur au Canada et aux États-Unis, ce concept juridique et économique continue de se répandre dans le monde entier. Les dossiers indiquent qu'en 2008, 111 pays avaient adopté des lois antitrust. Plus de la moitié de ces pays ont adopté ces lois au cours des dernières décennies. Les économistes prétendent que cette croissance rapide est due à la création de l'Union européenne et à la chute de l'Union soviétique. En Asie, ces lois ont aidé les économies à se développer et à s’étendre.

Échec de la confiance et président américain Theodore Roosevelt

Bien que les États-Unis aient officiellement adopté la loi Sherman en 1890, cette loi n’est généralement pas appliquée par les tribunaux du pays. Dans la plupart des cas, les juges avaient tendance à se ranger du côté des entreprises et des sociétés. L’American Sugar Refining Company, qui a été poursuivi en justice pour contrôler environ 98% du commerce du sucre américain, en est un exemple courant. En 1895, cinq ans à peine après l'adoption de la loi Sherman, des tribunaux américains se sont prononcés en faveur de l'American Sugar Refining Company et ont refusé de dissoudre son contrôle sur l'industrie.

Cependant, lorsque Theodore Roosevelt a pris ses fonctions en 1901, tout cela a changé. En 1902, Roosevelt rétablit la loi Sherman en poursuivant la Northern Securities Company, une société de chemins de fer qui contrôlait les sociétés suivantes: Great Northern Railway; Chemin de fer du nord du Pacifique; et les chemins de fer Chicago, Burlington et Quincy. La décision du tribunal a entraîné la dissolution du conglomérat. En 1903, il collabore étroitement avec le Congrès pour mettre en place la loi Elkins, qui interdit aux compagnies de chemin de fer d’accorder des réductions aux grands établissements agricoles. Ces réductions rendaient difficile la participation des petites entreprises agricoles aux services ferroviaires et la loi visait à rendre cet accès plus équitable à tous les niveaux. La même année, l’ancien président Roosevelt a également fait avancer le Expediting Act. Lorsque l'acte a été légalisé, il a permis de démanteler plusieurs grandes fiducies qui manipulaient le marché et, selon Roosevelt, de tirer profit des consommateurs en augmentant les prix sans limite. Les fiducies qui ont été brisées à la suite de cette loi comprenaient: la transformation de l'acier, des chemins de fer, du pétrole et de la viande.

Au cours des sept premières années de sa présidence, Theodore Roosevelt a constamment insisté pour que les politiques et les décisions des tribunaux soient anéanties. Il a amené au moins 43 fiducies au tribunal pendant cette période. Lorsqu'il n'était pas occupé à briser la confiance, l'ancien président Roosevelt veillait à ce que les grandes fiducies et les conglomérats ne puissent pas être nouvellement créés. Par exemple, en 1903, il travailla à la création du Bureau of Corporations, chargé de gérer et d’enquêter sur les sociétés participant au commerce entre États. Le président Theodore Roosevelt a souvent été qualifié de "The Trust Buster" en reconnaissance de ses efforts politiques.

Recommandé

Quels sont les géants du gaz?
2019
Drapeau de l'état d'Indiana
2019
Les plus hautes montagnes du Kazakhstan
2019