Quel est le livre rouge de données de la Fédération de Russie?

Le Red Data Book de la Fédération de Russie est un registre gouvernemental des espèces de plantes, d'animaux et de champignons rares et en voie de disparition que l'on trouve dans la Fédération de Russie, dans sa zone économique marine et sur son plateau continental. Ce document est également appelé le Livre rouge et le Livre rouge russe. C'est la base pour la création et la promulgation d'accords de protection des espèces en voie de disparition. Cet article examine de plus près ce document russe.

Histoire du livre rouge de la Fédération de Russie

Entre 1961 et 1964, un groupe de biologistes soviétiques a mené des recherches sur les plantes et les animaux en voie de disparition du territoire soviétique. Cette recherche s'inscrivait dans le cadre de la responsabilité de la Liste rouge de l'UICN et devenait la première liste soviétique d'espèces menacées d'extinction.Le ministère de l'Agriculture a demandé à d'autres recherches après avoir consulté la liste à la fin de la décennie. Une évaluation écologique de la situation a conduit le ministère à adopter en 1974 une législation visant à protéger les espèces en péril figurant sur la liste.

La législation a conduit à la première publication officielle du Livre rouge en 1978. En vertu de la nouvelle loi, les animaux énumérés dans le document sont protégés et réglementés par le gouvernement soviétique afin de préserver leur existence. Lorsque l'Union soviétique s'est effondrée, les efforts de conservation ont été laissés aux nations nouvellement formées. Cependant, nombre de ces pays n’ont pas été en mesure de créer et de gérer leurs propres listes d’espèces menacées, en raison du manque de ressources. Afin de respecter des règles de conservation communes, la région a créé un traité écologique commun.

Livre rouge catégories de données

Le Red Data Book de la Fédération de Russie utilise six catégories pour identifier l’état de conservation des espèces régionales de plantes, d’animaux et de champignons. Ces catégories sont les suivantes:

  • Catégorie 5, réhabilitée et réhabilitée : Cette catégorie est utilisée pour décrire les espèces dont l'effectif de la population a augmenté ou s'est reconstitué en raison de réglementations de conservation. Les espèces de cette catégorie sont considérées comme quasi stables et ne posent aucun problème de conservation urgent.
  • Catégorie 4, statut incertain : Cette catégorie est utilisée pour décrire les espèces qui ne répondent pas aux critères des autres catégories. En outre, les experts peuvent ne pas disposer d'informations suffisantes sur ces espèces pour déterminer leur statut de conservation.
  • Catégorie 3, Rare : Cette catégorie est utilisée pour décrire les espèces ayant une petite taille de population et une taille de territoire terrestre ou marin restreinte. De plus, les espèces classées comme rares peuvent habiter de plus grands territoires, mais dans des populations de petite taille et difficiles à trouver.
  • Catégorie 2, nombre en baisse : Cette catégorie est utilisée pour décrire les espèces qui connaissent un déclin constant de leur population. Si les facteurs qui influent sur la taille de la population de ces espèces persistent, les espèces sont déplacées dans la catégorie suivante.
  • Catégorie 1, en voie de disparition : Cette catégorie est utilisée pour décrire les espèces en danger d'extinction. Ce danger survient lorsque la taille des populations devient si petite qu'il semble improbable qu'elles puissent être récupérées à l'avenir.
  • Catégorie 0, probablement éteinte : Cette catégorie est utilisée pour décrire les espèces qui sont passées inaperçues, inaperçues ou non documentées depuis au moins 50 ans sur les territoires russes.

Livres rouges régionaux

En dépit de l'existence du Livre rouge de la Fédération de Russie, certaines régions tentent de conserver leurs propres livres rouges et politiques de conservation régionales. On reproche à ces politiques régionales d’utiliser des fonds de conservation sur des tâches répétitives pour créer ces ouvrages régionaux au lieu de financer des efforts de conservation plus directs. Les partisans des livres rouges régionaux, cependant, affirment que ces listes d'espèces spécialisées permettent des mesures de protection plus concises des environnements locaux et qu'elles apportent un soutien aux efforts de recherche biologique locaux.

Recommandé

Quelles langues sont parlées en Irak?
2019
Le perroquet amazonien impérial - Animaux de la Dominique
2019
Comment les avocats grandissent-ils?
2019