Sites du patrimoine mondial de l'UNESCO au Mali

Le Mali est un pays avec une riche tradition de civilisation ancienne, fortement influencée par la propagation de l’islam aux 15ème et 16ème siècles. Aujourd'hui, une grande partie de cette influence ancienne est visible à travers des sites et des propriétés qui existent depuis des siècles. Leur riche histoire a permis à l'UNESCO de les reconnaître comme sites du patrimoine mondial.

Les quatre sites du patrimoine mondial au Mali

Falaise de Bandiagara et terre des Dogons

La falaise de Bandiagara, au pays des Dogons, est un site du patrimoine mondial classé par l'UNESCO au Mali, d'une superficie de 400 000 hectares, qui compte 289 villages répartis dans trois régions naturelles. Les régions ont des plateaux de grès, des escarpements et des plaines couvertes de falaises et de plateaux. Le site de la falaise de Bandiagara, terre des Dogons, est habité par la tribu Dogon, imprégnée de rituels et de traditions sacrées. Le site existe depuis le 15ème siècle et a servi de forteresse à la tribu Dogon pour se protéger des envahisseurs, selon l'UNESCO. La falaise de Bandiagara, pays des Dogons, est située sur un plateau et est suspendue aux falaises. Ce terrain a permis historiquement aux Dogon de préserver leur culture et leurs traditions séculaires, grâce à ce tampon défensif. Depuis le XVIIIe siècle, date à laquelle l'islam et le christianisme s'y sont implantés, la vulnérabilité du site a commencé à augmenter, parallèlement à la mondialisation et au tourisme culturel. En vertu des lois du Mali, la falaise de Bandiagara, la terre des Dogons, est protégée. En tant que site vivant, il abrite toujours des communautés et a été désigné site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1989.

Vieilles villes de Djenné

La vieille ville de Djenné est un bien culturel classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1988 et possède quatre sites archéologiques. Ces sites sont Djenné-Djeno, Hambarkétolo, Kaniana et Tonomba. Ensemble avec la ville moderne de Djenné, ils occupent 48, 5 hectares. La ville à l'architecture islamique lourde est l'une des plus anciennes d'Afrique subsaharienne. Il se trouve également à 570 kilomètres au nord-est de Bamako, la capitale du Mali. Djenné, depuis 250 ans avant notre ère, est habitée et sert de marché et de lien transsaharien pour le commerce de l’or. Aux 15ème et 16ème siècles, il a servi de plaque tournante à la propagation islamique selon l'UNESCO. Il existe près de 2000 maisons traditionnelles dans les vieilles villes de Djenné. Les maisons sont construites sur des collines pour les protéger des inondations saisonnières. Des fouilles effectuées en 1977, 1981, 1996 et 1997 ont révélé une histoire humaine remontant au IIIe siècle av. Les lois du patrimoine du Mali ont permis de protéger les vieilles villes de Djenné. Selon l'UNESCO, les propriétés de la ville sont vulnérables à l'urbanisation et aux menaces environnementales telles que le lessivage, l'érosion et le ravinement par mauvais temps.

Tombouctou

Désignée comme site du patrimoine mondial en 1988, la ville de Tombouctou est considérée comme la capitale intellectuelle et spirituelle de la propagation islamique en Afrique aux XVe et XVIe siècles et un centre économique. Cette ville à la porte du désert du Sahara a été fondée au 5ème siècle. Tombouctou abrite l'Université coranique de Sankore et trois grandes mosquées - Djingareyber, Sankore et Sidi Yahia, ainsi qu'une série d'écoles islamiques (madrasas). À l'époque de la propagation de l'islam, Tombouctou comptait 180 écoles coraniques et 25 000 élèves. Selon l'UNESCO, il a également servi de marché pour les manuscrits islamiques, le sel, l'or, le bétail et les céréales d'autres régions. Les trois grandes mosquées ont une architecture en terre et ont subi diverses mesures de reconstruction et de restauration de 14 h à 15 h3. Selon l’UNESCO, l’urbanisation menace aujourd’hui l’authentique authenticité de Tombouctou. Les trois grandes mosquées ont néanmoins conservé leur architecture ancienne en conservant les techniques de construction traditionnelles. L'ancienne civilisation de Tombouctou est protégée par le gouvernement et le droit international, bien que les inondations de ces dernières années y aient détruit des bibliothèques.

Tombe d'Askia

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2004, le tombeau structuré et pyramidal de Askia, d’une hauteur de 17 mètres, est situé dans la ville de Gao. Cette tombe en terre, baptisée Askia Mohammed, empereur de Songhaï, a été construite en 1495 et est surmontée de pics en bois. Son site comprend deux mosquées à toit plat, un cimetière, la nécropole et un carré de pierre blanche. La construction de la tombe d'Askia a été commandée par l'empereur de Songhaï pour témoigner de la puissance et des richesses de son empire, qui a dominé les XVe et XVIe siècles. Aujourd'hui, il reflète les anciennes traditions de construction de boue du Sahel ouest-africain. Au moment de sa construction, Gao est devenue la capitale de l'empire et l'Islam a été adopté comme religion officielle, selon l'UNESCO. L'empire contrôlait le commerce transsaharien de sel et d'or. Les salles de prière, le cimetière et l'espace de rassemblement sont encore utilisés aujourd'hui. La tombe d'Askia aujourd'hui est entièrement intacte et intacte; il appartient à l'État qui le protège par le biais d'une association créée en 2002 par le préfet de Gao pour le gérer, selon l'UNESCO.

Menaces sur les sites du patrimoine mondial de l'UNESCO au Mali

Ces dernières années, les quatre sites vantés ont été menacés de destruction par des militants islamistes et des soulèvements de Touaregs. Cela a incité l'armée française à intervenir pour protéger ces sites ainsi que le Mali.En 2016, Ahmad al Faqi al Mahdi, un combattant islamique, est devenu le premier homme à être inculpé par la Cour pénale internationale pour crimes contre un site du patrimoine mondial. C'était après qu'il eut participé à la destruction d'anciens mausolées et de la mosquée Sidi Yahia.

Sites du patrimoine mondial de l'UNESCO au MaliAnnée d'inscription; Type
Falaise de Bandiagara et terre des Dogons1989; Importance naturelle et culturelle
Djenné Vieilles Villes1988; Site culturel en danger
Tombouctou1988; Site culturel en danger
Tombe d'Askia2004; Site culturel en danger

Recommandé

Les villes les plus agréables en Chine
2019
Quel type de gouvernement a le Vietnam?
2019
Art rupestre de Tsodilo, Botswana
2019