Taux de couverture du registre du crédit public le plus bas au monde

L’Afrique subsaharienne comprend 30 pays en développement et fait partie des régions les plus pauvres du monde. Bien que les cartes de crédit existent depuis sept décennies, la méthode privilégiée pour faire des affaires dans la région est toujours l’argent comptant. En 2015, la couverture des registres de crédit publics dans la région s'établissait à 5, 8% de la population adulte en Afrique subsaharienne. Le pourcentage est l'un des plus bas au monde aujourd'hui.

Selon la Banque mondiale, la couverture du registre de crédit public inclut les entreprises et les personnes qui sont débitrices et sont répertoriées dans les données actuelles sur l'encours de crédit, les dettes impayées et l'historique des remboursements dans leurs pays respectifs. Cela couvre les emprunts auprès de banques et d’institutions non financières, y compris les dettes de cartes de crédit. Les taux de couverture sont déclarés en pourcentage de la population adulte dans un pays ou une région.

Pays couverts par le registre du crédit public le plus bas

En Afrique subsaharienne, il est rare qu'un individu soit couvert par un système de registre de crédit public. L'accès au financement en Afrique est particulièrement difficile en raison du manque de registres d'informations sur le crédit et de bureaux dotés de données fiables sur l'historique du crédit des particuliers et des entreprises. Les indices de droits juridiques et d’information sur le crédit sont des outils importants qui facilitent l’accès du public au financement pour les petites et moyennes entreprises (PME).

En Guinée-Bissau, seulement 0, 1% de la population adulte est couverte par un registre de crédit public. Le gouvernement a renforcé sa gestion des finances publiques (GFP) afin de faciliter l'accès du public au crédit et au financement. Le FMI a également mis en place une facilité de crédit rapide et une facilité de crédit élargie pour aider le public à accéder plus rapidement au crédit et au financement. La production de noix de cajou profitera de ces développements dans le pays.

Le pays du Mali a des chiffres similaires, avec seulement 0, 1% de sa population adulte bénéficiant d'une couverture du registre de crédit public. Les faibles niveaux et l'accès limité au crédit et aux financements publics font du Mali un endroit difficile pour obtenir des financements pour les PME. Bien que le pays dispose d'un programme de réduction de la pauvreté, les agriculteurs ne peuvent toujours pas obtenir de financement agricole. L'amélioration de la politique économique du gouvernement n'a guère contribué à améliorer l'accès au crédit.

Le Nigéria a une proportion tout aussi limitée de sa population adulte bénéficiant d'une couverture du registre de crédit public, également à seulement 0, 1%. Le pays a peu ou pas de transparence dans son accès public au crédit et au financement. Cependant, le Nigéria a une longue histoire d'accès au crédit communautaire qui a maintenu sa base agricole. Ces accès au crédit public se présentent sous la forme de microfinance, de financement rural et de PME. Les développements récents incluaient davantage de fournisseurs de services financiers, mais la protection des consommateurs faisait toujours défaut.

L’Éthiopie compte environ 0, 2% de sa population adulte couverte par un registre de crédit public. Le pays compte de grandes banques commerciales publiques et privées et des institutions de microfinance pour couvrir l'accès du public au crédit. Le projet gouvernemental en cours sur le financement des petites et moyennes entreprises (PME) en Éthiopie vise à fournir un accès financier aux PME du pays. Il vise également à accroître la participation des femmes dans les PME en Ethiopie.

Le Burkina Faso a un peu plus de sa population adulte avec une couverture de registre de crédit public de 0, 3%. Les banques panafricaines multinationales dominent le système financier du pays, bien que l'industrie du coton affecte considérablement leur exposition à l'industrie. Le gouvernement a lancé le quatrième projet opérationnel de crédit pour la croissance et la compétitivité (GCC-4), qui vise à mettre un terme à l'extrême pauvreté et à accroître les revenus des 40% les plus pauvres du pays. L'accès au crédit reste faible pour la population, mais l'accès à la microfinance ne cesse de croître.

Plusieurs autres pays d'Afrique subsaharienne ont également un faible pourcentage de leurs populations adultes respectives répertoriées comme ayant une couverture de registre de crédit public. Au Niger, seulement 0, 3% de la population adulte est couverte par un registre de crédit public. Les pays de Côte d'Ivoire et de la République démocratique du Congo comptent tous deux 0, 3% seulement de leur population adulte bénéficiant d'un registre de crédit public. Djibouti affiche une légère hausse avec 0, 4% de sa population adulte bénéficiant d'une couverture du registre de crédit public. Mais le Sénégal en a un peu plus, avec 0, 5% de la population adulte couverte par un registre de crédit public.

Taux de couverture du registre du crédit public le plus bas au monde

RangPaysPart de la population adulte couverte par le registre du crédit public
1Guinée Bissau0, 1%
2Mali0, 1%

3Nigeria0, 1%

4Ethiopie0, 2%

5Burkina Faso0, 3%

6Niger0, 3%

7Côte d'Ivoire0, 3%
8République Démocratique du Congo0, 3%
9Djibouti0, 4%
dixSénégal0, 5%

Recommandé

Reptiles autochtones d'Iran
2019
Les douze trésors de l'Espagne
2019
Rikers Island: la plus grande colonie pénale du monde
2019