Vieille Ville de Jérusalem - lieu de merveille au Moyen-Orient Terre Sainte

10. Jérusalem à travers l'histoire -

La plus ancienne preuve d'un établissement permanent dans l'actuelle ville de Jérusalem remonte au début de l'âge du bronze, entre 3000 et 2800 av. À la fin de la période du bronze, Jérusalem était la capitale d'une ville modeste et faisait partie de l'empire égyptien. La ville s'est développée sous les pharaons Séthi Ier et Ramsès II. La capitale fut capturée par le roi David vers 1004 av. J.-C. et devint une ville sainte. Son fils Salomon a d'abord construit le temple qui porte son nom

Au sixième siècle avant notre ère, le roi babylonien Nebuchadnezzar a pillé la ville et exilé ses habitants à Babylone. Ce n'est qu'après plusieurs décennies que l'empereur Xerxès de Perse permit aux Juifs de retourner à Jérusalem, après quoi ils reconstruisirent la ville et le temple de Salomon. Jérusalem reste autonome, d'abord sous les Perses, puis les Grecs et plus tard les Romains. Après l'acceptation du christianisme par l'empire romain, Jérusalem fut associée à la vie de Jésus. De nombreuses églises ont été construites et la ville est devenue un centre religieux du christianisme.

Après la conquête musulmane de Jérusalem, de nombreux Juifs sont rentrés dans la ville. Aux XIe et XIIe siècles de notre ère, Jérusalem changea fréquemment de mains entre musulmans et croisés. Jérusalem est à nouveau tombée entre les mains des musulmans, d'abord sous Saladin, puis sous la dynastie des Mamelouks d'Egypte. La ville est passée sous les Turcs ottomans, qui l'ont dirigée jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Cependant, à partir de la seconde moitié du 19ème siècle, les Juifs avaient déjà commencé à construire la Nouvelle Ville. De plus en plus de Juifs ont commencé à émigrer à Jérusalem et sont devenus une population majoritaire en 1873. Lorsque Israël a été créé en 1948, il est devenu la capitale nationale.

9. Importance religieuse et culturelle de grande portée -

Pour les Juifs, leur culture et leur religion étaient originaires de la terre d'Israël et étaient centrés à Jérusalem. À l'époque romano-byzantine, la ville fut identifiée et vénérée comme la terre du Christ. Jérusalem est aux mains de l'Islam depuis plus d'un millénaire et abrite encore de nombreux musulmans avec leurs symboles religieux et culturels. Ainsi, Jérusalem est la seule ville au monde qui soit le lieu de pèlerinage de trois grandes religions. La ville est célèbre pour son architecture historique et ses reliques des trois grandes confessions abrahamiques, à savoir le judaïsme, l'islam et le christianisme. On l'appelle souvent la ville de «l'histoire vivante», où l'on peut marcher sur les traces des saints, vénérer dans des bâtiments construits à l'origine par des décrets d'empereurs et de califes et passer la nuit dans des auberges et des hospices qui abritaient autrefois les Croisés.

8. Dôme du Rocher -

Appelé Qubbat al-Sakhrah en arabe, le sanctuaire a été construit par le calife omeyyade Abd-al Malik à la fin du 7ème siècle de notre ère. C'est l'un des monuments islamiques les plus anciens et les plus importants au monde après la Ka'aba à La Mecque. L'emplacement du sanctuaire est sacré pour les juifs et les musulmans. C'est ici qu'Abraham aurait été préparé au sacrifice d'Isaac. Selon les musulmans, c'est le site d'où le prophète Mahomet est monté au ciel. Le Dôme et la mosquée Al-Aqsa sont tous deux situés sur le mont du Temple, lui-même considéré comme l'ancien site du temple de Salomon. Il y a une grotte naturelle sous le rocher, à laquelle on accède par un escalier qui descend du sanctuaire. La structure du Dôme et ses intérieurs portent l’influence de l’architecture byzantine, mais sa construction représente le stade le plus précoce de l’émergence d’un style architectural islamique distinct.

7. Mosquée Al-Aqsa -

Également située sur le mont du Temple, ou Haram esh-Sharif, se trouve la mosquée Al-Aqsa, le troisième site islamique le plus sacré après la Mecque et la médina. Construit au début du VIIIe siècle, son nom signifie «sanctuaire lointain» et il s’agit de la principale mosquée de Jérusalem. Aujourd'hui, rien de la mosquée d'origine ne survit. Il a été dévasté par de nombreux tremblements de terre au cours des siècles et a été reconstruit 5 fois. Al-Aqsa a servi de palais royal aux rois des croisades et a également été le quartier général des Templiers des Croisades. Saladin avait toutes les constructions des Templiers déchirées sauf un bâtiment, qui sert maintenant de musée islamique et de mosquée des femmes. En 1951, le roi jordanien Abdullah a été assassiné dans la mosquée et les trous de balles sont toujours visibles. Il existe un petit mémorial composé de balles et de cartouches de gaz lacrymogène pour commémorer les fusillades et les émeutes qui ont suivi. En 1969, un touriste australien fou a allumé un feu dans la mosquée pour faire place à la Seconde Venue.

6. Eglise du Saint-Sépulcre -

Connue sous le nom d’Église de la résurrection des chrétiens orthodoxes grecs, l’église du Saint-Sépulcre est le site le plus sacré pour les chrétiens de nombreuses dénominations. On pense que le site est l'endroit où Jésus a été crucifié et enterré. Les premiers chrétiens semblent avoir tenu des séances liturgiques sur la tombe du Christ jusqu'à la prise de Jérusalem par les Romains en 66 de notre ère. Après que Constantin le Grand se soit converti au christianisme, il a commandé la construction d'églises dans toute la Terre Sainte, y compris l'église du Sépulcre en 326 après JC. Les architectes ont construit l'église autour de la tombe taillée dans le roc du Christ. Le rocher de Golgotha ​​et la Vraie Croix auraient été mis au jour au cours des fouilles du bâtiment. La tombe du Christ a été achevée en 384 après JC. Lorsque les Perses ont attaqué Jérusalem en 614, l'église a été presque détruite par un incendie.

Après que les musulmans eurent capturé la ville, celle-ci demeura un lieu de culte chrétien sous le calife Omar et le resta jusqu'à ce que le prétendu "calife fou" Hakim de la dynastie des Fatimides démolit systématiquement l'église. En 1408, l'empereur byzantin Constantin accepta de parrainer la reconstruction de l'église, mais les fonds nécessaires à son achèvement étaient insuffisants. C'est dans cette église que les chevaliers de la première croisade ont chanté le Te Deum après s'être emparés de la capitale en 1099. Les croisés ont divisé l'église entre des gardiens catholiques, orthodoxes grecs et apostoliques arméniens. Au 19ème siècle, les gardiens d'autres confessions chrétiennes acquirent de petites responsabilités. Un accord réglemente les lieux et les heures de culte pour chaque église. Aujourd'hui, l'église est un mélange d'influences byzantines, croisées, médiévales et modernes.

5. Mur des lamentations (Kotel) -

Quand les Romains ont détruit le deuxième temple de Jérusalem en 70 après JC, ils ont laissé un mur debout entourant le mont du Temple. Pour les Juifs, il s'agissait de la seule partie survivante de leur sanctuaire le plus saint. Appelé Kotel ha-Ma'aravi en hébreu ou sur le mur des lamentations, il est devenu un lieu de pèlerinage pour les juifs du monde entier. Les prières offertes au mur étaient si ferventes que celui-ci acquit bientôt le surnom de «mur des lamentations», bien que les Juifs ne s'y réfèrent jamais par ce surnom. Sous la domination musulmane, les Arabes utilisaient le mur comme dépotoir pour humilier les Juifs. De 1948 à 1967, le mur était sous le contrôle des Jordaniens, qui ne permettaient pas aux pèlerins juifs d'Israël d'y accéder. Le ministre israélien de la Défense, Moshe Dayan, a contribué à raviver la coutume juive d'insérer des pétitions écrites à Dieu entre les mailles du mur. Cette coutume est devenue si populaire que les Américains juifs ont commencé à offrir des services pour insérer de telles prières au nom de personnes qui ne pouvaient pas faire le pèlerinage. Les Juifs ultra-orthodoxes se sont opposés, souvent violemment, aux femmes priant au Mur des lamentations, mais la lutte pour le culte collectif se gagne progressivement.

4. Quartier arménien -

Le quartier arménien de Jérusalem est situé au sud-ouest de la vieille ville. C'est le plus petit des quatre quarts de la ville, à la fois par sa population et sa région. On y accède par la porte de Sion et abrite diverses églises, écoles et monuments historiques, dont le plus remarquable est la cathédrale Saint-James. Les Arméniens étaient des habitants traditionnels de la Turquie moderne, de l'Iran et du Caucase. Ni arabes ni juifs, les Arméniens ont été l'un des premiers groupes ethniques à se convertir au christianisme. Les Arméniens ont commencé à s’installer à Jérusalem après 300 ans et ont ensuite construit des églises et des monastères dans leur quartier ainsi que dans d’autres parties de la Terre Sainte. Ils ont réussi à conserver leurs propriétés alors que la ville changeait de mains au fil des siècles. Les Arméniens sont réputés pour la beauté de leurs carreaux et de leurs céramiques et de nombreux points de vente vendent ces matériaux dans le quartier.

3. Les murs et les portes de la vieille Jérusalem -

Les murs existants de la vieille Jérusalem ont été construits par l’empire ottoman Suleiman le Magnifique au début du XVIe siècle. Les murs sont entrecoupés de huit portes de différentes époques.

  • Porte de Sion : Elle s’appelle également porte du prophète David et se trouve sur le mont Sion adjacent. La porte mène aux quartiers arménien et juif de la ville.
  • Dung Gate : Une grande quantité de déchets et d’autres déchets étaient jetés à cette porte dans l’antiquité, d’où son nom peu commun. La porte mène les visiteurs directement au Mur occidental et au parc archéologique Southern Hall.
  • Porte de la Miséricorde : Également appelée porte dorée et porte orientale, cette porte est la plus connue de toutes les portes de Jérusalem. Il est fermé depuis des siècles et attend une réouverture miraculeuse lorsque le Messie arrivera et ressuscitera les morts.
  • Porte du Lion : Cette porte porte le nom d'une paire d'animaux féroces (qui sont en fait des tigres) qui sont sculptés de chaque côté. Il porte également le nom de Porte de Saint-Étienne, l’un des premiers martyrs chrétiens, qui, selon la tradition, a été lapidé à proximité. La porte est également devenue célèbre pendant la guerre des Six jours.
  • Porte d'Hérode : Malgré son nom, la porte n'a rien à voir avec le roi de Judée. Il fait face au nord des marchés de la ville et est appelé la porte des fleurs à la fois en arabe et en hébreu.
  • Porte de Damas : Il s’agit de la porte la plus imposante de Jérusalem et tire son nom de la ville d’où sont venus les premiers dirigeants étrangers de Jérusalem. Une partie d'une entrée construite par l'empereur Hadrien au 2ème siècle est encore visible sous la porte.
  • Nouvelle porte : C'est la plus jeune des entrées de la vieille ville. Elle a été construite dans les années en déclin de l'empire ottoman pour permettre aux pèlerins chrétiens d'accéder plus facilement à leurs lieux saints.
  • Porte de Jaffa : les pèlerins juifs et chrétiens à Jérusalem venaient souvent à terre au port de Jaffa, d'où son nom. Il mène au quartier juif et chrétien et au musée de la tour de David.

2. Autres curiosités et sons uniques dans la vieille ville -

Aujourd'hui, la Terre Sainte de la Bible est une région moderne, développée et dynamique, avec Jérusalem demeurant son noyau spirituel. Chaque année, des milliers de touristes se pressent dans la vieille ville et parcourent les rues pavées historiques accompagnées par le bourdonnement des gens qui parlent et par le chant des oiseaux. On peut voir plusieurs bar-mitzvah se dérouler simultanément sur le mur occidental et célébrées au son de tambours et de trompettes. La bande son urbaine comprend également des cloches d'église, l'appel du muezzin à namaz et le cor du bélier appelé le shofar. L'odeur du café servi dans différents cafés peut aussi vous faire commander une tasse. L'odeur du za'atar, une épice populaire du Moyen-Orient, émane des bagels de Jérusalem. Parmi les autres mets délicats, citons le souvganiot, qui n'est autre que des beignets à la gelée et des pitas frais. Vous pouvez également sentir la poussière ancienne provenant des nombreuses fouilles archéologiques effectuées dans la ville.

1. Conflits territoriaux et tensions ethno-religieuses -

Les juifs et les musulmans considèrent Abraham comme leur patriarche et vivaient généralement dans une paix relative de la fin des croisades jusqu'au 19ème siècle. À la fin des années 1800, un groupe de personnes connues sous le nom de sionistes a décidé de migrer en Palestine, en Terre sainte. Alors que de plus en plus de Juifs s'installent en Palestine, le désir de créer une patrie juive se développe. La population indigène a résisté et les combats ont éclaté, ce qui a duré bien après la création d'Israël. La guerre de 1967 a laissé Israël aux mains de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, territoires peuplés d'importantes populations musulmanes palestiniennes. Bien que toujours occupée par Israël, la Cisjordanie est théoriquement sous le contrôle de l'Autorité palestinienne. Gaza est contrôlée par le fondamentaliste islamiste Hamas et bloquée par Israël. L'Etat juif impose de nombreuses restrictions aux mouvements de Palestiniens pour des raisons de sécurité. La solution des deux États reste insaisissable.

Recommandé

Quelle est la fleur d'état du Montana?
2019
Que signifient les couleurs et les symboles du drapeau du Mozambique?
2019
Quels sont les flux d'entrée et de sortie principaux du lac Kivu?
2019