Qu'est-ce que la liste d'interdiction de vol?

La liste d'interdiction de vol est une création du Terrorist Screening Center (TSC), une liste de personnes à qui il a été interdit de voyager par avion, à l'intérieur, à destination ou en provenance des États-Unis. Le nombre de personnes figurant sur la liste a fluctué au fil des ans en fonction des menaces disponibles et de la fourniture de renseignements. La liste a été créée et utilisée pour la première fois par le gouvernement de George W. Bush et a continué d’être utile dans l’ensemble des gouvernements des présidents Barrack Obama et Donald Trump.

Création de la liste d'interdiction de vol

La liste d'interdiction de vol a été créée en décembre 2009 en réaction aux attaques du 11 septembre 2001. La liste comprenait 594 personnes à qui il était interdit de transporter par voie aérienne. Au cours des deux premières années et demie de cette liste était en vigueur, le FBI a nié son existence.

On disait que des activistes anti-guerre et des ennemis du gouvernement Bush avaient trouvé leur nom sur la liste. Le sénateur Edward Kennedy et des activistes comme Rebecca Gordan et Jan Adams ont été victimes de l'inhibition. La liste d'interdiction de vol comptait 47 000 noms en 2013, selon une fuite.

La liste est différente de The Terrorist Watch List, qui est plus longue et est composée d'individus soupçonnés d'avoir été impliqués dans des activités terroristes. Cette liste ne cesse de croître, passant de 10 000 noms en 2011 à 1 877 133 personnes en 2016.

Quelle est la politique No Fly No Buy?

Plusieurs tentatives ont été faites pour interdire aux personnes figurant sur la liste d'interdiction de vol d'acheter des armes à feu et des explosifs. Des sénateurs comme Frank Lautenberg, Dianne Feinstein et le whip de la majorité des Sénats, John Cornyn, ont présenté des législations et des motions interdisant ou contrôlant les personnes figurant sur la liste de posséder des armes à feu sans succès. La Liberté de propriété a été sauvegardée par l’Union américaine des libertés civiles, qui affirme que la constitution n’interdit pas la réglementation de la possession d’armes à feu.

Faux positifs

Une vulnérabilité majeure à la liste est le "faux positif", une situation qui se produit lorsqu'un voyageur porte le même nom qu'une personne figurant sur la liste d'interdiction de vol. Ces personnes ne sont pas autorisées à voyager à moins de pouvoir se distinguer de la personne figurant sur la liste.

Critiques et controverses autour de la liste d'interdiction de vol

L’American Civil Liberties Union était à l’avant-garde pour condamner cette liste. L’ACLU a déclaré que des citoyens innocents avaient découvert leur nom sur la liste, sans aucune notification du gouvernement. De plus, il n’existe aucune procédure légale permettant de dire pourquoi une personne a été incluse dans la liste et comment on peut demander que leurs noms soient retirés de la liste.

Le maintien de la liste d'interdiction de vol est considéré comme très coûteux et ne vaut pas les avantages. Marcus Holmes est arrivé à un coût conservateur estimé à 536 millions de dollars depuis l'attaque du 11 septembre, avec une fourchette estimée à 1 milliard de dollars.

Autres pays avec une liste d'interdiction de vol

Le gouvernement du Canada a créé une liste de mouches créée à partir de données recueillies auprès de la liste des personnes interdites aux États-Unis et d'autres sources de renseignements internationales. La liste canadienne d'interdiction de vol comprend jusqu'à 2 000 noms.

Recommandé

Combien y a-t-il de parcs nationaux en Italie?
2019
Quels sont les effets nocifs de la pollution des sols?
2019
Pourquoi la neige est-elle blanche?
2019