Quelles langues sont parlées en Irak?

L’arabe est la première langue de l’histoire de l’Iraq, depuis que l’islam domine le paysage religieux du territoire depuis des siècles. La plupart de la population irakienne parle en arabe mésopotamien, une variante arabe également parlée en Iran, en Turquie et en Syrie.

Langues officielles de l'Irak

La constitution irakienne donne aux statuts officiels arabe et kurde. L'arabe standard est utilisé à des fins officielles dans le pays. La plupart des habitants de l'Irak utilisent toutefois la variante arabe mésopotamienne. L'arabe mésopotamien est parlé dans deux dialectes primaires, à savoir l'arabe mésopotamien Gelet et l'arabe mésopotamien Qeltu. La variante arabe utilisée en Irak a été fortement influencée par le turc, l'araméen, le persan et l'akkadien. L'Irak est entré dans l'histoire en 2004 en devenant le seul pays à reconnaître officiellement le kurde. Les Kurdes représentent environ 10 à 15% de la population totale de l'Irak. Le kurde est parlé dans trois dialectes majeurs. Le nord kurde est reconnu comme la variante la plus importante et il est principalement utilisé dans le nord de l'Irak. Le sud kurde est largement utilisé dans le district de Khanaqin, situé dans la partie orientale du pays. Le kurde central, également appelé Sorani, est également parlé en Irak.

Langues régionales de l'Irak

Deux langues régionales sont reconnues en Irak. Le syriaque-araméen est utilisé par les chrétiens syriens vivant dans le nord de l’Iraq. Il s’agit d’une variante de l’araméen moyen. L’histoire du syriaque-araméen remonte au Ier siècle de notre ère et s’est développée pour devenir une langue littéraire principale au Moyen-Orient entre le IVe et le VIIIe siècle. Le syriaque est devenu le support du christianisme et de la culture syriaques et il est encore utilisé par certaines églises comme langue liturgique, y compris par l'église syriaque orthodoxe. La langue est enseignée dans quelques écoles publiques irakiennes. L'Irak abrite des Lurs irakiens, qui vivent principalement dans les parties centrale et orientale du pays et se font appeler Feylis. Ce groupe ethnique converse en feyli, classé comme langue lurish. Feyli Lurish bénéficie du statut de minorité officielle dans le pays.

Langues minoritaires parlées en Irak

L'Irak a plusieurs langues minoritaires. Les immigrants arméniens, qui se sont installés en Irak aux 19e et 20e siècles, continuent de parler arménien, en particulier dans les grandes villes telles que Bagdad. L'Irak abrite également des Turkmènes irakiens qui observent l'identité turque et parlent la langue turkmène. Des territoires comme Bagdad, Ninive, Erbil et Saladin comptent une population importante de Turkmènes irakiens. Le pays compte également une population d'ethnie perse qui s'est retrouvée en Irak après que des frontières claires aient été attribuées à l'Iran et à l'Iran. Ce groupe ethnique parle le persan. L'ethnie Zaza-Gorani habite le nord de l'Irak et compte six langues. Le plus grand dialecte est le gorani, qui est principalement utilisé dans la région de Halabja, en plus des zones situées entre Khanaqin et Mossoul. La langue de Domari est utilisée par les Doms, un groupe nomade d'ascendance indienne vivant à proximité et dans les plus grandes villes d'Irak. Certaines langues néo-araméennes sont également utilisées en Irak.

Préserver les langues mourantes de l'Irak

L’Iraq a déployé divers efforts pour préserver les langues minoritaires. Dans le but de préserver la langue syriaque, par exemple, cette langue a été inscrite au programme de 152 écoles publiques. La population chrétienne du pays a connu une trajectoire descendante, ce qui a incité à prendre des initiatives pour protéger la culture chrétienne irakienne. Le gouvernement du pays encourage également sa population à enseigner aux nouvelles générations leur langue maternelle.

Recommandé

Islam: histoire, croyances et signification moderne
2019
Les trois types de paons
2019
Quelle est la capitale de l'Ouganda?
2019