La Corée du Nord fait-elle partie des Nations Unies?

Officiellement connue sous le nom de République populaire démocratique de Corée, la Corée du Nord est une nation de l'Asie de l'Est qui constitue la partie nord de la péninsule coréenne. La zone démilitarisée de la Corée (DMZ) entre les deux pays, la Corée du Nord et la Corée du Sud, revendique une légitimité sur les îles voisines et sur la péninsule dans son ensemble. La Corée du Nord et la Corée du Sud sont des États membres de l'ONU.

Membre des Nations Unies

Il y a 193 États membres souverains dans le monde qui font partie de l'ONU et qui ont une représentation égale à l'Assemblée générale. L’une de ces nations est la Corée du Nord après son admission au sein de cet organe, le 17 septembre 1991. L’admission, qui comprenait également la Corée du Sud, a été effectuée par l’Assemblée générale dans le cadre de la résolution 46/1. L'admission a eu lieu après que les deux États ont décidé d'envoyer une candidature à l'ONU et après la recommandation du Conseil de sécurité des Nations Unies à l'Assemblée générale.

La question de savoir si la Corée du Nord devrait faire partie des Nations Unies est une question qui déconcerte beaucoup de gens. La raison de cette confusion est que la Corée du Nord est une nation connue pour ses violations des droits de l'homme et ses violations flagrantes des accords internationaux. En fait, certains pensent que la Corée du Nord est une menace pour la paix du monde elle-même en raison de sa constante manipulation d'armes nucléaires.

Charte de l'ONU

L'un des arguments utilisés pour expliquer la présence de la Corée du Nord aux Nations Unies est le contenu de la Charte des Nations Unies. Les nouveaux membres souhaitant adhérer sont évalués selon les critères définis à l'article 4 du chapitre II de la charte. La première condition est que tout nouveau membre souhaitant adhérer puisse le faire, à condition qu'il s'agisse d'un pays épris de paix et disposé à accepter toutes les règles et obligations définies dans la charte. En outre, la nation doit avoir la capacité et la volonté de remplir les obligations définies dans la charte. Deuxièmement, tout nouvel État membre souhaitant devenir membre devra être admis par l'Assemblée générale des Nations Unies après que le Conseil de sécurité des Nations Unies aura délibéré sur l'adéquation de la nation et présenté une recommandation à l'assemblée.

Pour que le Conseil de sécurité puisse faire cette recommandation à l'assemblée, neuf membres sur quinze doivent voter par l'affirmative. Cette recommandation sera adoptée si aucun des États membres permanents n’utilise leur droit de veto. À l'Assemblée générale, l'État recommandé doit obtenir une majorité des deux tiers après avoir été mis aux voix pour que la nation soit pleinement admise.

Dans le cas de la Corée du Nord, le Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé la résolution 702 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui recommande à la fois la Corée du Nord et la Corée du Sud à l'Assemblée générale des Nations Unies. Cette résolution a été approuvée le 8 août 1991. Après délibération, le Conseil général des Nations Unies a adopté la résolution 46/1 de la même année, qui a vu l'admission des deux nations.

Armes nucléaires

La Charte des Nations Unies ne fait aucune référence ou réglementation concernant les nations membres et les armes nucléaires. L'ONU n'a pas jugé bon de réglementer les armes nucléaires avant l'entrée en vigueur du traité sur l'interdiction des armes nucléaires en 2017. L'ONU a essentiellement compris que la menace posée par les puissances nucléaires atteignait un point critique, en particulier après les Les États-Unis et la Corée du Nord ont tourné au vinaigre. Le traité visait le désarmement nucléaire total de tous les États membres dotés d'armes nucléaires. Le problème s'est posé lorsque les pays dotés d'armes nucléaires, tels que les États-Unis et la Russie, n'ont pas exprimé leur soutien à l'interdiction. En fait, ces deux États ont été très explicites dans leur opposition. Étonnamment, la Corée du Nord a voté en faveur de l’adoption du traité.

Un autre argument peut être avancé à l'effet que l'ONU était intelligente en choisissant d'éviter les activités liées aux armes nucléaires. Cet argument est corroboré par le fait que la plupart des membres permanents de l'ONU possèdent des armes nucléaires. Si la réglementation stipule que la possession d'armes nucléaires disqualifie une nation, les pays les plus puissants du monde vont devoir quitter l'ONU. Étant donné que ces pays disposent actuellement d'un pouvoir de veto, les chances de leur départ sont faibles. La Corée du Nord a effectué moins d'essais nucléaires par rapport aux autres puissances mondiales telles que les États-Unis et la Russie. En effet, les États-Unis ont effectué plus de 1 000 tests et la Corée du Nord, moins de dix.

Un autre point crucial à retenir est que les essais nucléaires ne sont pas explicitement illégaux par le droit international. La raison en est principalement que les auteurs du droit international régissant les armes nucléaires sont les mêmes pays qui possèdent des armes nucléaires aujourd'hui. En outre, la question de la légalité de ces tests est sujette à un certain nombre de facteurs, en particulier ceux liés à l'environnement du test. Dans certains traités, les interdictions sont claires mais comportent de nombreuses lacunes.

Expulsion d'un État membre

La charte contient des dispositions relatives à la destitution d'un pays membre. La charte stipule qu'un membre de l'ONU peut être expulsé s'il enfreint les directives de la charte. Pour que cela se produise, le Conseil de sécurité doit faire une recommandation au Conseil général. Cependant, les experts affirment qu'il est extrêmement improbable que cela se produise en Corée du Nord, car cela ne s'est jamais produit auparavant pour aucun pays.

Dans une perspective différente, il ne serait pas sage que l'ONU supprime la Corée du Nord. L'ONU s'est exprimée à plusieurs reprises pour condamner activement et tenter de lutter contre les violations des droits de l'homme en Corée du Nord. Ces efforts se traduisent par des choses comme des commissions d’enquête sur l’abus de droit. Si dangereux que soit la Corée du Nord, si elle est retirée de l'ONU, toute possibilité de dialogue avec d'autres nations nucléaires disparaîtra et le monde pourrait potentiellement être ébranlé. La tourmente se produirait parce que la seule option qui resterait pour neutraliser la menace posée par la Corée du Nord serait une invasion qui entraînerait des pertes massives en vies humaines et des destructions.

Recommandé

Le parti démocratique des États-Unis
2019
Quelle est la capitale du Kansas?
2019
Villes ayant le plus d'entreprises Fortune 500
2019