Qu'est-ce que l'océan austral?

La description

L’océan Austral se trouve "en dessous" dans et autour de la région antarctique. C'est le quatrième plus grand océan du monde. Il possède le courant circumpolaire visible le plus puissant qui circule dans les océans Indien, Pacifique et Atlantique. Ce processus est le résultat des eaux très épaisses, glaciales et salées situées sous les icebergs et la glace de mer dans la région antarctique. Ces courants créent un effet d'upwelling qui encourage le phytoplancton à prospérer et, à leur tour, nourrissent le krill et les copépodes dont se nourrissent finalement les baleines et autres grands mammifères marins. Pendant la majeure partie de l’année, selon l’emplacement, les températures de l’océan Austral fluctuent de -2 à 10 degrés Celsius. La majeure partie de l'océan est gelée en hiver, la température de l'eau descendant en dessous de 0 ° C.

Rôle historique

L’existence d’un continent méridional était déjà une croyance aussi ancienne qu’elle devait être discutée par les Grecs de l’Antiquité. Cela a ensuite été partiellement validé par l'explorateur espagnol Castilla, qui a déverrouillé les montagnes enneigées du sud en 1603. Par la suite, l'explorateur néerlandais Abel Tasman a constaté que l'Australie était séparée de la masse continentale antarctique par un grand plan d'eau. Plus tard, Roche, Halley et Cook ont ​​tous deux rencontré les eaux glaciales de l'océan Austral dans leurs explorations respectives de l'hémisphère Sud. James Cook a notamment navigué dans ses eaux glaciales en hiver, jusqu'à ce qu'il soit bloqué par des icebergs. James Weddell s'est également aventuré plus loin dans l'océan Austral à la recherche de terrains de scellement.

Signification moderne

L’exploration de l’océan Austral a permis de penser qu’il pourrait constituer une formidable source de gisements de gaz et de pétrole. Il pourrait également y avoir d’énormes gisements d’or, en plus de minéraux «placers» comme les nodules de manganèse et les hydroxydes de fer. Il faut également extraire de l’eau douce des énormes icebergs de la région antarctique. L'océan Austral est également un sanctuaire pour les phoques, les baleines et autres mammifères marins qui vivent et se développent dans ses eaux glaciales. L’eau et les processus naturels qui se déroulent dans la région se combinent pour créer des cycles climatiques, biologiques et géochimiques d’une telle ampleur qu’ils affectent l’ensemble de la planète.

Habitat

Les écosystèmes marins à colonnes d'eau de la région supportent en masse le phytoplancton et le zooplancton, qui à leur tour nourrissent une multitude de poissons, d'oiseaux et de plus grands mammifères marins. Les masses continentales de glace sur l'océan Austral abritent également de nombreuses espèces de phoques et de manchots. Ses terres rocheuses, notamment l'Antarctique et ses îles, sont également des sanctuaires pour plus de 100 millions d'oiseaux au printemps. La zone pélagique de l'océan est le terrain de chasse des orques, des baleines bleues, des calmars géants, des otaries à fourrure et de plusieurs espèces de manchots. La zone benthique abrite des escargots, des calmars géants, des vers de la vase, des concombres de mer et environ 155 000 autres espèces d'animaux marins. Certains de ces animaux marins benthiques présentent un gigantisme et une bio-luminescence en haute mer. En outre, la colonne d'eau centrale de l'océan Austral est un système de transport maritime qui soutient les stades de formation des œufs et des larves de nombreux animaux marins indigènes.

Menaces et différends

Les changements climatiques ont également affecté l’océan Austral, dont une grande partie a été affectée par les accumulations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, mais par une exposition accrue au rayonnement ultraviolet ainsi que par l’amincissement et l’appauvrissement de la couche d’ozone atmosphérique. Les recherches ont confirmé que cet effet avait même causé des dommages génétiques à l'ADN même de certaines espèces de poissons indigènes. Bien que plusieurs accords de pêche internationaux soient appliqués dans l'océan Austral, plusieurs pays violent ces accords et menacent de ce fait les habitats marins. La pêche à la palangre dans la région a augmenté le taux de mortalité des oiseaux de mer, et la surpêche est une autre source de préoccupation dans la région, qui a spécifiquement affecté la population de poissons-dents de manière néfaste. Malheureusement, cette pêche non réglementée du poisson-langue de Patagonie reste une question en suspens. Les navires de chasse à la baleine ont également continué à tuer des baleines dans la région, malgré les interdictions strictes établies par la Commission baleinière internationale dans ces eaux de l'océan Austral.

Recommandé

Le bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN
2019
10 beaux endroits en Inde
2019
Les archipels majeurs de l'Ecosse
2019